Avec la Marzal, Lamborghini a proposé un concept au prix dérisoire dans une industrie qui fait les yeux doux à la course à la dépense.

Nom : Lamborghini Marzal. Salon de révélation : Salon de Genève, 1967. Spécifications : coupé quatre places à propulsion produite sur la base d'une Lamborghini Miura.

Dimensions (L x l x h) : 4450 x 1700 x 1100 mm. L'empattement est de 2620 mm (120 mm de plus que la source).

Signes distinctifs : portes entièrement vitrées type "aile de mouette".

Concept disparu depuis 2014.

Pourquoi nous nous en souvenons aujourd'hui ?

Lancée il y a quelques mois, la nouvelle hypercar de Koenigsegg, la Gemera, dessinée par la créatrice russe Sasha Selipanov, est sacrément cool. Non seulement la GT suédoise de 1750 chevaux est capable du 0 à 100 en 1,9 secondes et de caler l'aiguille du compteur de vitesse à 400 km/h. Une performance normale pour une Koenigsegg, mais en plus, elle est capable de faire tout ça avec quatre personnes à bord ! Puisqu'il s'agit bien d'une quatre place, avec des portes géantes à guillotine. Et cette idée d'une Supercar vraiment incroyable et à 4 places, Un fabriquant de tracteur de la commune italienne de Sant'Agata Bolognese, l'avait déjà inventée il y a un demi-siècle. Cet homme c'était Ferruchio Lamborghini.

Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal

Tout a commencé dans les années 1960, lorsqu'un entrepreneur à succès et propriétaire de Lamborghini Trattori s'est intéressé aux voitures Ferrari et ... À soudainement constaté que certaines solutions techniques laissaient beaucoup à désirer - ce qui n'a pas manqué d'informer Enzo qui fut offensé au plus profond de son âme et envoya le "bouseux" labourer ses terres agricoles. Cependant, l'ambitieux Ferruchio a répondu par un acte : en 1963, il fonde d'Automobili Lamborghini S.p.A.

En 1966, le catalogue de la jeune entreprise automobile comprenait un coupé à moteur arrière à deux places Miura et un Grand Tourer à moteur avant 400GT. Pour un bonheur complet, une seule une voiture de sport véritablement universelle suffisait - et Signor Lamborghini, mobilisant le soutien du légendaire Marcello Gandini du studio de carrosserie Bertone, a fermement décidé de combler cet écart : ainsi quelques mois après avoir sorti la Miura, Lamborghini se pencha sur la Marzal, un concept équipé de portes "ailes de mouette" en verre et d'une cabine à quatre places.

Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal

L'ironie était que Ferruchio n'avait pas l'intention de faire de la Marzal une série. Étant un homme d'affaires talentueux, il a calculé : la création d'un concept suivit d'une grande tournée de battage médiatique, qui est garantie de mettre le nom Lamborghini à la une des journaux, coûtera beaucoup moins cher que la publicité directe. Et enfoncez le clou avec un prix dérisoire ! Le développement et la construction du concept ont coûté à l'entreprise cent millions de lires, selon les normes industrielles, une goutte d'eau d'un peu plus 50'000 euros. Une pièce, qui a mordu la fierté d'Enzo Ferrari, ce qui était inestimable pour Ferruchio.

Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal
Au cœur du concept Marzal se trouve le châssis de la Lamborghini Miura avec un empattement agrandi de 120 mm - juste ce qu'il fallait pour placer une deuxième rangée complète derrière les sièges avant. La surface vitrée totale dépasse les 4,5 mètres carrés.

Les seules choses dont Maranello pouvait se moquer étaient les caractéristiques techniques du concept. En raison de son objectif " unique " et de sa petite baie moteur, la Marzal a reçu un " modeste "six en ligne avec " seulement " 175 chevaux, représentant la moitié du puissant V12 de la Miura de 350 chevaux. Et malgré le petit poids à vide de 1220 kg, l'accélération a également être divisée en deux lorsque le moteur a été divisé en deux. Marzal a réussi le 0 à 100 en 9,4 infinies secondes, et n'a tout simplement pas atteint les 200 km/h. Le V12 de quatre litres, qui a propulsé toutes les Lamborghini, a été construit par Gianpaolo Dallara. Et il a "réduit de moitié" pour s'adapter au modeste porte-à-faux arrière du concept.

Lamborghini Marzal

Ferruchio a-t-il bouleversé le petit monde des supercar à l'époque ? Honnêtement, à peine. Il s'amusait des rayons de la presse automobile lors du Salon de Genève, quelques mois plus tard, il regardait le Prince Rainier III en compagnie de Grace Kelly amener la Marzal au traditionnel défilé du Grand Prix de Monaco de 1967.

Lamborghini Marzal

Après l'exercice dans les rues de la principauté, la Marzal a longtemps disparu du radar, et Ferruccio et Gandini, s'étant finalement convaincus de la viabilité du concept, ont commencé à travailler sur une GT 4 places produite en série. Le coupé Espada à quatre places, introduit en 1968 (un an plus tard!), A hérité du concept à la fois un style commun et un certain nombre de solutions d'ingénierie. Il est vrai que les portes vitrées spectaculaires ont dû être abandonnées et le V12 de quatre litres de 350 chevaux a été placé devant. En plus de la boîte mécanique à cinq vitesses, il était possible d'opter pour une boîte automatique à trois rapports d'origine Chrysler.  

Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal

Lancée en 1968, la Lamborghini Espada a été produite plus de dix ans. Elle a été produite à 1217 voitures.

Revenant comme un héro solitaire et oublié, la Marzal s'est illuminée au Concorso Italiano Show de 1996 à Monterey, en Californie. Et puis pendant une décennie et demie, elle a ravi les visiteurs du musée Bertone dans sa patrie historique - jusqu'à ce qu'elle soit vendue à un acheteur anonyme, qui a payé un million et demi d'euros en 2011. Un culturiste, avec des soucis d'argent, a dû vendre une partie de sa collection (incluant le concept qui nous intéresse ici) afin d'essayer de joindre les deux bouts. Hélas, l'action s'est avérée vaine. Après ça, la Marzal a disparu des radars, mais peut-être réapparaîtra-t-elle dans quelques années ?

Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal
Lamborghini Marzal

Galerie: Concept we forgot: Lamborghini Marzal