Un an après sa présentation, la DS 9 continue de se faire désirer !

Présenter une voiture quelques mois, voire une année avant les premières livraisons, c'est désormais monnaie-courante chez les constructeurs automobiles. Mais chez certains, ces délais sont particulièrement longs, à commencer par les marques du groupe PSA (devenu depuis peu Stellantis), et notamment DS, qui s'est fait une spécialité de présenter ses véhicules bien avant leur arrivée en concession.

Mais dans le cas de la DS 9, le temps devient interminable puisque la voiture a été présentée il y a pile un an, en marge d'un Salon de Genève qui n'a finalement pas eu lieu pour les raisons que nous connaissons tous. Nous avons néanmoins eu la chance d'approcher la nouvelle berline premium tricolore d'un peu plus près lors d'un bref passage en région parisienne.

Mais depuis, c'est quasiment silence radio autour de la DS 9. Il y a quelques mois, la marque a présenté la grille tarifaire de son modèle pour le Vieux Continent et la France, avec des premières livraisons prévues en septembre 2021, soit un an et demi après sa présentation et uniquement pour la version thermique de 225 chevaux. Les variantes hybrides attendront encore.

DS 9 (2020)

La Chine et ses incertitudes

Pendant ce temps, DS a eu le temps de présenter un autre produit, la DS 4, qui arrivera, elle aussi, plus tard, mais plus rapidement que la DS 9 puisque les premières livraisons sont attendues pour le quatrième trimestre 2021. Est-ce aussi une stratégie de groupe pour ne pas cannibaliser la nouvelle Peugeot 308, qui sera présentée le 18 mars prochain, et dont les livraisons débuteront en septembre prochain ? Probablement.

Pour en revenir à notre DS 9, celle-ci refait parler d'elle, pas en Europe, mais plutôt du côté de la Chine, son marché de prédilection. Et c'est d'ailleurs là-bas qu'elle est fabriquée, au sein de l'usine de Shenzhen. Les premières livraisons viennent de débuter en Chine, soit environ six mois après l'ouverture des pré-commandes. La DS 9 débute, dans l'empire du Milieu, à partir de 299'999 Yuan, soit environ 39'000 euros.

Un tarif largement inférieur à ceux pratiqués en Europe et en France (à partir de 47'700 euros), mais rappelons que la gamme ne sera pas la même. La marque répercute également indirectement les frais de transport de la Chine vers l'Europe. DS avait pris du retard sur ses livraisons en Chine, notamment en raison du contexte compliqué pour l'automobile là-bas, et le nombre de points de vente qui a chuté de 100, il y a quatre ans, à seulement 14 en 2020. DS a tout simplement attendu d’avoir un nombre de pré-commandes suffisant pour lancer la production de son modèle.

DS 9 (2020)

Un parcours semé d'embûches

D'une manière générale, le lancement de la DS 9 n'est pas un long fleuve tranquille. Entre la crise sanitaire, les événements annulés, la fusion entre FCA et PSA, l'incertitude, un marché chinois capricieux et des variantes hybrides rechargeables à la logistique compliquée (nous y reviendrons plus bas), rien n'aura épargné la berline tricolore.

En Chine, l’offre DS 9 s’articule autour de deux motorisations essence de 215 chevaux ou de 200 chevaux pour la version hybride rechargeable E-Tense (la puissance cumulée n'étant pas indiquée). De l'autre côté du globe, les clients préfèrent visiblement une DS 9 plus chic que sportive, comme en témoigne l'absence de la finition "Performance Line+" au catalogue chinois. La version de 360 chevaux, cousine technique de la Peugeot 508 PSE, restera l'apanage des DS 9 vendues en Europe.

Justement, la version hybride de 360 chevaux sera disponible en Europe encore plus tardivement, au mois de novembre prochain d'après DS. Les raisons ? La complexité de sa fabrication, puisque le modèle qui provient de Chine arrive en Europe avec un seul moteur électrique. Le second bloc est ajouté en France, à Poissy, dans les Yvelines, dans un atelier DS Performance dédié, ce qui rallonge encore les délais de livraison.

À peine la grille tarifaire présentée en France, la DS 9 a déjà eu le droit à une petite correction de ses prix. En février dernier, les versions hybrides rechargeables de 225 et 360 chevaux ont vu leurs prix augmentés de 1000 euros. Ainsi, la DS 9 E-Tense 225 voit son prix passer de 54'000 à 55'000 euros en finition "Performance Line+" et de 56'900 à 57'900 euros en "Rivoli+". De son côté, la DS 9 E-Tense 360 s’affiche désormais à 66'500 euros en "Performance Line+" et atteint 69'400 € en "Rivoli+". Pour l'entrée de gamme thermique de 225 chevaux, le prix reste établi à 47'700 euros.