Contrairement à d'autres constructeurs asiatiques, Subaru n'a pas vraiment l'intention de quitter le Vieux Continent.

Les constructeurs asiatiques sont de plus en plus nombreux à se lancer à l'assaut du marché européen, notamment avec des modèles 100 % électriques à des tarifs plus ou moins avantageux. En Europe, il y a aussi les constructeurs asiatiques historiques, dont Subaru, plutôt discret dans l'ensemble, mais qui ne compte pas pour autant quitter le Vieux Continent.

Subaru a d'ores et déjà confirmé l'arrivée prochaine d'un SUV 100 % électrique, pour changer, et qui devrait être dévoilé d'ici les prochaines semaines. Effectivement, cela fait un peu moins rêver qu'une Subaru WRX STI avec un boxer, mais l'avenir de la marque passe avant tout par des produits capables de séduire un public beaucoup plus large qu'une sportive aux ventes plus ou moins confidentielles.

2021 Subaru Outback (Euro)

Mais avant l'arrivée d'un énième SUV 100 % électrique sur le marché, Subaru va lancer dans nos contrées l'Outback de sixième génération, un modèle qui a déjà été présenté il y a deux ans aux États-Unis. La recette ne change pas, il s'agit toujours d'un break baroudeur avec une carrosserie pourvue d'une bonne dose de protections en plastique, le rendant ainsi robuste et prêt à arpenter les chemins les plus tortueux, même si ce n'est pas forcément en Europe que nous en trouvons le plus.

À l'intérieur, on sent bien que l'Outback n'est pas forcément une voiture pensée pour répondre aux standards européens, même s'il y a eu beaucoup de progrès par rapport à la génération précédente. Au niveau de la console centrale, nous retrouvons un écran tactile de 11,6 pouces permettant de gérer la majeure partie des commandes de la voiture. Parmi les technologies intéressantes, l'Outback a le droit à une caméra qui reconnaît le conducteur, permettant ainsi les réglages personnalisés et automatiques du siège, des rétroviseurs et de la climatisation.

2021 Subaru Outback (Euro)

En matière d'aides à la conduite, l'Outback parvient à se mettre au niveau de la concurrence européenne avec la présence du régulateur de vitesse adaptatif, du centrage dans la voie, des feux de route automatiques ou encore du freinage d'urgence automatique, à l'avant comme à l'arrière. Du côté des motorisations, nous retrouvons un quatre cylindres boxer 2,5 litres de 182 chevaux associé à une boîte CVT et à une transmission intégrale.

Ce moteur, à l'inverse du Forester, ne possède pas d'hybridation. De ce fait, même si les valeurs de rejets en CO2 ne sont pas encore connues, le malus devrait être assez conséquent. Reste à savoir à combien le nouveau Subaru Outback sera commercialisé en France également, lui qui arrivera dès le mois prochain en concession.