L'Italie, l'Allemagne, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie et la Hongrie, se réunissent à Strasbourg avec leurs ministres des transports respectifs pour présenter un front uni face à la Commission européenne et l'arrêt de la vente des voitures à moteur essence et diesel à partir de 2035.

"Le gouvernement italien est fermement opposé à la norme Euro 7", déclare le vice-premier ministre italien, Matteo Salvini, repris par son collègue tchèque, Martin Kupka : "La proposition est contre-productive et doit être modifiée dans les mois à venir, car elle appelle à des actions irréalistes".

Le danger redouté est que les nouvelles normes conduisent à une augmentation des prix et ralentissent la modernisation des flottes. Dans les semaines à venir, un rapport sera donc envoyé à Bruxelles sur les alternatives au texte soumis.

Cependant, la Commission défend son opérateur : "Un point très important dans notre proposition", déclare une porte-parole, "est que la précédente norme Euro 6 date de 2012 ; depuis lors, l'industrie s'est adaptée, il y a eu une évolution et les entreprises sont déjà très proches des niveaux d'ambition de la nouvelle norme Euro 7".

Non à l'horizon 2035

Foto - Salvini a Strasburgo

Le ministre Matteo Salvini à Strasbourg

La réunion est également l'occasion de faire le point sur le dossier 2035: "J'ajoute ma position contre le dossier CO2 pour les véhicules légers et lourds également, à moins que les biocarburants et les e-carburants synthétiques ne soient inclus", soulève Salvini.

Le sommet intervient après que la proposition de suppression progressive a échoué au Conseil de l'UE, qui avait été appelé à voter sur l'accord conclu ces derniers mois avec le parlement européen. Une étape apparemment formelle, mais qui a au contraire bloqué l'ensemble du processus réglementaire, entraînant le report de la décision finale.

Avec l'Italie au premier rang, un petit groupe composé également de la Pologne, de la Hongrie et de l'Allemagne a allumé le feu rouge contre la proposition d'interdire les ventes de voitures à combustion à partir de 2035. C'était, et c'est toujours, principalement la position de Berlin qui exige une reconnaissance officielle des nouveaux carburants alternatifs.

Ouverture des e-carburants

À cet égard, des rumeurs très importantes ont été publiées ce week-end par Automotive News Europe (ANE). Selon les informations recueillies, la Commission européenne est prête à satisfaire le gouvernement allemand par le biais d'une "déclaration qui expliquerait le rôle possible de ce que l'on appelle les e-carburants".

"La nouvelle déclaration modifierait les règles qui déterminent quels types de voitures peuvent circuler en Europe, de manière à permettre l'utilisation de certains véhicules qui ne peuvent utiliser que des e-carburants après l'entrée en vigueur d'une interdiction effective des nouvelles voitures à moteur à combustion."

Campioni di e-fuel

Échantillons d'e-carburants

La confirmation vient maintenant de Dana Spinant, porte-parole de l'exécutif européen. "Non seulement nous suivons cette question avec grand intérêt, mais nous sommes également prêts à fournir des éclaircissements sur les préoccupations exprimées par un ou plusieurs États membres, avec lesquels nous sommes en contact pour trouver une solution".

Selon ANE, il est toutefois peu probable que de nouvelles règles soient proposées avant les élections européennes de l'année prochaine, en raison du temps nécessaire à l'adoption d'une législation à Bruxelles. De son côté, le commissaire européen à l'industrie, Thierry Breton, met en garde : "À ce jour, aucune décision n'a encore été prise". Il ajoute :

"Je dis aux constructeurs : attendez que la démocratie ait fait son chemin avant de prendre des décisions. Laissez tourner les deux moteurs jusqu'à ce que la décision soit finalisée dans les prochaines semaines, mais n'anticipez pas ce que fera la démocratie. Ce qui est sur la table aujourd'hui, c'est de savoir si nous intégrerons ou non les moteurs thermiques au carburant synthétique."

Dans la soirée, le ministre allemand des transports, Volker Wissing, a également fait une déclaration dans laquelle il s'est montré optimiste sur la question de l'arrêt des moteurs polluants à partir de 2035, notamment en ce qui concerne la demande de l'Allemagne d'un chapitre dans le projet de directive qui permettrait d'économiser l'utilisation des biocarburants et des e-carburants.

"Les discussions que nous avons eues jusqu'à présent ont apporté beaucoup de clarté", a déclaré Wissing à Strasbourg, comme l'ont rapporté les médias allemands. "Nous savons où il y a encore des obstacles à surmonter et je suis confiant que nous pourrons peut-être progresser cette semaine. Toute solution permettant l'homologation de moteurs à combustion interne fonctionnant exclusivement avec des carburants synthétiques après 2035 est une bonne solution pour nous."

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?
Commentez!