Volkswagen a longtemps été une force dominante en Europe. Pendant de nombreuses années, la Golf a été la voiture la plus vendue sur le Vieux Continent, mais les choses ont changé ces dernières années.

Toyota se renforce et, comme Stellantis regroupe de nombreuses marques sous le même toit, son influence s'accroît. Si l'on ajoute à cela la revitalisation du portefeuille de Renault et l'arrivée prochaine de véhicules électriques bon marché comme les Renault 5 et 4, Volkswagen a certainement des raisons de s'inquiéter.

De plus, Hyundai et Kia disposent d'un portefeuille diversifié, tandis que les marques chinoises proposent de plus en plus de voitures électriques abordables. En République populaire, VW a été contraint d'offrir de gros rabais pour rester compétitif, ce qui a réduit ses marges bénéficiaires.

Thomas Schäfer

Thomas Schäfer, PDG de Volkswagen Passenger Cars

Une réduction des coûts de 10 milliards d'euros

N'oublions pas que la pandémie de coronavirus et l'invasion de l'Ukraine par la Russie ont fait des ravages dans la chaîne d'approvisionnement de VW, créant d'énormes goulots d'étranglement. Le constructeur automobile basé à Wolfsburg ne s'est pas encore complètement remis, et l'avenir ne s'annonce pas très réjouissant. En juin, l'entreprise a annoncé son intention de réduire ses coûts de 10 milliards d'euros, et Reuters rapporte aujourd'hui que le PDG de Volkswagen a admis que l'entreprise qu'il dirige n'est plus compétitive.

L'agence de presse a mis la main sur un message publié par VW sur son intranet, dans lequel le PDG Thomas Schäfer déclare :

"Avec un grand nombre de nos structures et processus préexistants et nos coûts élevés, nous ne sommes plus compétitifs en tant que marque Volkswagen".

Des départs à la retraite partiels ou anticipés

Cette déclaration aurait été faite lors d'une réunion du personnel tenue à Wolfsburg, au cours de laquelle Gunnar Kilian, membre du conseil d'administration chargé des ressources humaines, a déclaré qu'une partie des économies serait réalisée grâce à des départs à la retraite partiels ou anticipés.

Le plan de réduction des coûts sera finalisé d'ici la fin de l'année et Gunnar Kilian a déclaré que la majorité des économies seraient réalisées grâce à d'autres mesures. VW a besoin de cet argent pour construire son avenir électrique et déployer la plateforme SSP qui sous-tendra une variété de modèles, dont la neuvième génération de la Golf, uniquement électrique. L'entreprise travaille également sur une évolution du MEB tout en concevant une variante moins chère pour les petits véhicules électriques à traction avant tels que l'ID.2.