Plus de trois mois après le dernier Grand Prix de la saison 2023, à Abu Dhabi, le grand cirque de la F1 était de retour à Bahreïn pour la première des 24 manches que compte ce nouveau championnat. Le Circuit international de Sakhir fête, cette année, son vingtième anniversaire dans la catégorie reine du sport automobile et on peut le considérer comme un classique moderne. Bien que cette piste n’aura jamais l’affecte qu’ont les circuits de Spa ou Monza, elle donne généralement lieu a de bonnes courses et c’est l’un des rares tracés qui offrent des possibilités de dépassements un peu partout.

À l’occasion de ces vingt ans, on peut se rappeler des grands moments vécus à Bahreïn depuis 2004 : le duel Schumacher/Alonso en 2006, la première victoire de ce même Alonso en rouge quatre ans plus tard, le retour de Lotus sur le devant de la scène en 2012 (un double podium), la bataille titanesque entre Rosberg et Hamilton en 2014, le premier podium de Räikkönen pour son second passage chez Ferrari ou encore la première pole de Leclerc en 2019. Mais qu’en était-il cette année ?

sergio-perez-red-bull-racing-r

Ferrari va-t-elle parvenir à suivre le rythme de Red Bull en 2024 ?

Un premier K-O le vendredi

Une fois n’est pas coutume, la première course de la saison a eu lieu un samedi, ce qui sera également le cas en Arabie saoudite et à Las Vegas. Dans les deux premiers cas, ce décalage permet d'anticiper le Ramadan et pour Vegas, le Grand Prix aura simplement lieu tard le soir mais du fait du décalage horaire, il faudra simplement se lever le dimanche matin, à 07h00 en France. Mais revenons sur cette manche d’ouverture…

Malgré des essais qui pouvaient laisser planer le doute quant à la réelle hiérarchie de ce week-end, Max Verstappen (Red Bull) a mis les pendules à l’heure en Q3, le vendredi, et a décroché sa première pole de la saison en 1 min 29,179 soit plus de 5 dixièmes plus vite que l’an passé. Ce chrono était tout de même moins rapide que le temps établi par Charles Leclerc (Ferrari) en Q2 mais le monégasque s’est contenté de la deuxième place avec 228 millièmes de retard.

pierre-gasly-alpine-a524

Alpine aura bien du mal à voir le jour en 2024. Le directeur technique (Matt Harman) et le chef aéro (Dirk de Beer) ont déjà quitté le navire...

Fernando Alonso (Aston Martin) n’a effectué qu’un seul chrono en Q3 et s’est un temps retrouvé troisième avant d’être dépassé par Russell (Mercedes), Sainz (Ferrari) et Pérez (Red Bull). L’espagnol devance tout de même les Mclaren de Norris et Piastri ainsi que la deuxième Mercedes de Lewis Hamilton, seulement 9e mais à deux dixièmes de la 3e place. Nico Hulkenberg complète le top 10 sur sa Haas tandis que les deux français de la grille ont confirmé la piètre forme de l’écurie Alpine. Ocon s’élance 19e, juste devant Gasly…

Circulez y’a rien à voir

Ceux qui espérait que Verstappen se fasse concurrencer dès l’extinction des feux, samedi après-midi, sont soit retombés dans la dépression qui les avait lâché depuis Abu Dhabi 2023, soit ils ont pu s’endormir pour échapper à ce triste "spectacle." Même le DRS, dorénavant activable dès l’entame du second tour, n’aura servi à rien puisque Leclerc était déjà sorti de la zone de détection…

lewis-hamilton-mercedes-f1-w15 (1)

Hamilton et Alonso ont été très discrets en course. Espérons pour eux que cette saison ne soit pas trop longue...

Bref, rien n’a pu empêcher le néerlandais de signer son 55e succès en Formule 1 avec 22,457 secondes d’avance sur son équiper. On avait jamais vu un tel écart à l’arrivée entre les deux premiers à Bahreïn, le précédent record étant attribué à Fernando Alonso qui avait devancé Felipe Massa (tous deux pilotes Ferrari) de 16,099 secondes en 2010. Cette fois, la meilleure des Ferrari n’est que troisième à l’arrivée mais Carlos Sainz aura livré une prestation intéressante, doublant notamment son coéquipier Leclerc par deux fois. Charles, qui a multiplié les blocages de roues durant la course, s’est dit très frustré et affirme avoir été victime d’un problème de freins.

F1 Bahrain 2

Yuki Tsunoda était très sérieux avant la course et il n'aura pas un plus grand sourire après. 14e à l'arrivée, il a même dû céder sa place à Ricciardo suite à des consignes. Le Japonais n'a pas apprécié.

Georges Russell n’aura donc pas résisté aux Ferrari et n’est pas passé loin de se faire manger par la Mclaren de Norris (6e). Hamilton n’est que 7e devant Piastri, et les Aston de Alonso et Stroll, complètement à la ramasse. Le canadien s’en est tout de même bien sorti après s’être fait harponné par Hulkenberg dès le départ. Ocon et Gasly terminent 17e et 18e "grâce" à une grosse mésaventure survenue à Bottas aux stands (pit stop de 52 secondes) et à l’arrêt sur la piste de Logan Sargeant. Jamais on avait vu la totalité de la grille franchir la ligne d’arrivée à Sakhir.

Premier point sur le classement

Avec ses premiers 26 points inscrits cette saison (le point du meilleur tour inclus évidemment), Verstappen retrouve les commandes du championnat. Il en est de même pour Red Bull qui garde sa place de numéro un chez les constructeurs (44pts) devant Ferrari (27pts) et Mercedes (16 pts).

max-verstappen-red-bull-racing

Red Bull devance déjà nettement Ferrari et Mercedes. Max Verstappen n'a d'ailleurs plus lâché les reines du championnat depuis le GP d'Espagne en 2022...

Avec sa double entrée dans les points, Mclaren est juste derrière l’écurie allemande avec 12 pts tandis qu’Aston Martin reprend sa cinquième place obtenue en 2023 avec trois maigres unités. Alpine confirme être la dernière force du plateau mais il ne s’agit que de la première manche et cinq écuries sont, pour l’instant, vierges de points.

Le deuxième Grand Prix de cette saison 2024 aura lieu dans seulement quelques jours, le samedi 9 mars !