Une science compliquée, pour un sujet pas toujours très joyeux.

Les distractions sont si nombreuses de nos jours au volant, qu'un accident est vite arrivé et ses conséquences peuvent être dramatiques. Dans ces cas-là comment expliquer ce qui s'est passé ? Qui reconstruit les accidents ? Comment sont missionnés ces experts d’une science nommée accidentologie ? 

Pour bien comprendre le travail de l'accidentologue, nous avons contacté Christophe Huchet, expert auprès de la Cours d’Appel de Rennes, qui intervient fréquemment à la demande des autorités. "Ce n'est pas un métier facile. Quand on fait appel à un accidentologue, c'est qu'il y a forcément eu un blessé grave ou un mort dans un accident de la route. Mon travail, c'est d’expliquer comment s’est produit cet accident, pouvait-il être évité ? Comment sont missionnés ces experts d’une science nommée accidentologie ?" 

Pour arriver à ce résultat, M. Huchet est en constante formation. "C'est une activité qui me tient à cœur, je veux continuer d'apprendre cette discipline qui n’est pas enseignée en tant que telle, et qui requiert énormément d’investissement de la part de l’expert. Les techniques modernes (drones, 3D, logiciels, électronique embarquée, ...) permettent une précision et des reconstructions de plus en plus proches de la réalité, enfin je l’espère. "

"Après une dizaine d’années de pratique parfois intensive, c’est un exercice compliqué techniquement et humainement. Expliquer un accident qui a provoqué la mort d’une personne n’est pas facile, encore plus lorsqu’il s’agit d’enfants." 

"Mon travail, c'est d’expliquer comment s’est produit cet accident, pouvait-il être évité ?"

"La formation est assez compliquée, il faut revenir sur les bancs d'école fréquemment pour se dire accidentologue, être au fait de toutes les évolutions aussi bien sur les véhicules, les infrastructures routières mais également sur les outils, notamment les logiciels de reconstruction et de simulation. Souvent il faut beaucoup de recherches, on a besoin d'informations que les forces de l'ordre ne peuvent pas toujours relever sur la scène d’accident… Dans la majeure partie des cas, c’est un puzzle qu’il faut reconstituer."

"Quand on tâtonne plus de 30 heures sur un problème et qu'on pense avoir trouvé la solution, on est satisfait et on comprend mieux aussi le déroulé de l'accident. Car oui, en plus d'être compliqué, c'est un métier qui demande énormément de temps et de patience. Durant les premières phases de recherche, chaque centimètre, chaque millimètre compte. Et quand vous découvrez que des données capitales sont vagues comme la position du corps, du véhicule ou l'emplacement de traces au sol, vous savez que cela va être long."

Mais heureusement, pour aider l'expert dans son travail, il existe des logiciels qui permettent de multiplier les calculs : "C'est vraiment un coup de main non négligeable. Le logiciel aide vraiment à la visualisation et à la mise en situation, il permet de recréer la scène en 2D et 3D en fonction des données, il fournit de multiples calculs nettement plus vite qu'un humain ce qui permet de multiplier les simulations, à différentes vitesses, avec différents angles ..." 

"Lorsque l’expertise est terminée, l'expert transmet à l’autorité qui a confié la mission une séquence commentée qui explique l'accident tel qu’on l’a reconstitué, c’est une aide précieuse pour les services de police et les magistrats qui ne sont pas immergés au quotidien dans l’accidentologie."

"C’est une aide précieuse pour les services de police et les magistrats qui ne sont pas immergés au quotidien dans l’accidentologie."

"Il ne faut pas oublier que l'accidentologue est appelé en tant qu'expert. Il doit donc rendre un rapport qui sera produit devant les tribunaux. Pour cela le rapport se doit d’être le plus complet possible avec un maximum d'explications et une bonne dose de pédagogie. Il faut donc décomposer l'accident, phase par phase en expliquant ce qui s'est passé, expliquer comment le véhicule s’est comporté, était-il en état ? Lorsque que le conducteur a perçu (ou non) l'autre véhicule ou le piéton, comment le piéton à réagit, comment et où l'impact s’est-il produit, quelles sont les conséquences instantanées pour les victimes…" 

"Ce sont autant de questions auxquelles il faut répondre au plus près de la réalité car, l'expert de justice est assermenté et peut être appelé à la barre pour expliquer comment il est arrivé à ce résultat."

Un métier peu connu qui apporte des réponses aux familles, aux forces de l'ordre et à la justice.