Au total, 264'000 Mercedes GLC et Classe C vont être rappelés à travers le monde.

Si vous suivez l'actualité automobile depuis quelques années, vous vous souvenez peut-être du moment où l'Europe décide d'abandonner un gaz à base de CO2 (nom de code : R-134a) comme gaz de climatisation pour imposer un autre type de gaz réfrigérant répondant au doux nom de "R-1234yf". Ce gaz, qui "ne nuit pas à la couche d’ozone" d'après le législateur, était jugé trop inflammable et dangereux par certains acteurs du monde automobile.

Mercedes faisait partie de ces constructeurs, et après quelques tentatives d'actions en justice, la firme allemande a finalement cédé et est passée à ce nouveau gaz pour ses systèmes de climatisation. Ainsi, pour adapter ses voitures au "R-1234yf", Mercedes a dû modifier de nombreux éléments, à commencer par la tuyauterie et les joints, tout en y associant un système d'inertage à base d'argon, un principe qui consiste à supprimer le risque de phénomène accidentel (explosion, pollution, irradiation, etc.) causé par un ou plusieurs produits réactifs mal confinés.

Mercedes-Benz Classe C Coupé
Tout comme le GLC, la Mercedes Classe C est aussi concernée par ce problème.

Dans les faits, cela permet de remplir ou de purger une climatisation dans une atmosphère inerte afin d'éviter tout risque d'incendie. Malheureusement pour Mercedes, ce système est aujourd'hui mis en cause dans un rappel qui touche environ 264'000 GLC et Classe C dans le monde, des modèles fabriqués entre 2016 et 2020. La moitié des véhicules se trouvent en Allemagne, tandis que l'autre moitié se situe majoritairement en Europe. Certains modèles français sont sans doute concernés et feront l'objet d'une campagne de rappel d'ici les prochaines semaines.

Ce rappel intervient quelques semaines après une autre campagne lancée par la marque concernant un problème de direction assistée électrique sur les Classe C, GLC et EQC. Le faisceau qui commande cet organe doit être remplacé sur quelques centaines d'exemplaires, en raison d'une possible infiltration d'humidité.

Le risque, c'est une perte de l’assistance de direction, voire dans les cas extrêmes un court-circuit pouvant engendrer un incendie. Dans l'Hexagone, 2177 exemplaires de Classe C, GLC et EQC sont concernés, tous moteurs confondus. Ils ont tous été fabriqués entre le 11 décembre 2019 et le 18 mai 2020. Mercedes procède au contrôle de leur faisceau et, si nécessaire, à son remplacement. Un courrier sera, là aussi, envoyé aux propriétaires pour les prévenir.