Aujourd'hui, Dacia est bien établie sur le marché automobile européen et ses modèles sont devenus des best-sellers. En Espagne, la Sandero a été la voiture neuve la plus vendue en 2023, en France et en Italie, elle figure dans le top 3. En 2024, le nouveau Duster promet d'être un succès commercial. Le retour réussi de la marque Dacia a commencé il y a 20 ans. Petit retour sur l'aventure de la première Logan.

Nommée d'après la province romaine située sur le territoire de l'actuelle Roumanie, Dacia a été fondée en 1966. Elle a d'abord construit la Renault 8 et, à partir de 1969, la Renault 12 sous licence. Limitée aux marchés de l'ancien bloc de l'Est, la berline s'est transformée à la fin de la licence en Dacia 1310, qui est restée en production jusqu'en 2004. En 1995, Dacia a lancé une nouvelle série, la Nova, basée sur la Peugeot 309.

Galerie: Dacia Logan (2004-2013)

En 1998, Renault a finalement acheté Dacia, après avoir échoué des années auparavant avec Skoda. L'impulsion pour le développement de la Logan a été donnée par une visite du président Jacques Chirac en Russie. Le CEO de Renault de l'époque, Louis Schweitzer, a constaté que les Lada à 6 000 euros se vendaient très bien chez les concessionnaires Lada et Renault, tandis que les Renault à 12 000 euros restaient dans les salles d'exposition.

"Quand j'ai vu ces voitures obsolètes, j'ai trouvé inacceptable que le progrès technique empêche la fabrication d'une bonne voiture à 6.000 euros". - Louis Schweitzer, CEO de Renault de 1992 à 2005

Plus tard, il a même corrigé cet objectif à 5.000 euros. La Logan de première génération a été conçue au Technocentre de Renault près de Paris et était le résultat d'une phase de développement de quatre ans du projet dit X90. L'origine du nom Logan n'est d'ailleurs pas claire. On peut supposer une proximité entre "Lo" et "Low" en raison du "Low Cost".

Dacia Logan (2004-2013)
Dacia Logan (2004-2013)

La Logan est née sur une feuille blanche, le prix étant considéré comme une contrainte fondamentale pour la commercialisation. Du début à la fin, la méthode "Design to Cost", alors totalement nouvelle dans le secteur automobile, a été appliquée. En d'autres termes, la voiture ne devait pas être une beauté, mais un prix maximum.

Le cahier des charges de la X90, alias Logan, répondait non seulement à des choix économiques, mais aussi à un souci de fiabilité : elle devait résister à tous les climats et à toutes les routes, des pavés de Roumanie aux pistes du Sahara. Elle devait également être capable de rouler avec de l'essence de mauvaise qualité. Comme il n'y a pratiquement pas d'ateliers dans les pays les moins industrialisés, la voiture devait également pouvoir résister à de très longues périodes sans inspection.

Les moteurs (essence atmosphérique de 1,2, 1,4 et 1,6 litre, parfois avec GPL en option et plus tard aussi diesel de 1,5 litre) et la boîte de vitesses (JH) n'étaient certes pas modernes, mais ils avaient fait leurs preuves. De plus, tout devait être facilement réparable.

Dacia Logan (2004-2013)

La première Dacia Logan était basée sur la plateforme B de l'alliance Renault-Nissan, nouvelle à l'époque, qui avait été introduite avec la Nissan Cube I et la Nissan Micra K12, reprise plus tard par la Renault Modus et la Renault Clio III. Il s'agissait d'une version à empattement allongé de cette plateforme, appelée B0, qui permettait de maximiser l'espace intérieur du véhicule. La première carrosserie à être commercialisée était une berline de 4,25 mètres de long, dont le nom de code interne était L907.

Pour la Dacia Logan, les concepteurs ont puisé dans les étagères du groupe Renault : elle avait ainsi l'essieu avant de la Clio II et l'essieu arrière de la Modus. Les poignées de porte, le volant, la direction, le compte-tours et les freins arrière provenaient de la Clio II, mais les buses d'aération de la Dacia Solenza. Les commandes, le réservoir de liquide de frein et le vase d'expansion provenaient de la Megane II, le cendrier et certaines buses d'aération de l'Espace IV et le pommeau de levier de vitesses de l'Espace III.

Le système ABS a été repris de la Megane II, la boîte de vitesses de la Megane II et de la Laguna II et le moteur du Kangoo.

Dacia Logan (2004-2013)

Exemples d'économies de conception : l'antenne placée à l'avant pour pouvoir utiliser un modèle passif (moins cher) et économiser du câblage, l'utilisation de pièces identiques à gauche et à droite de la voiture, comme pour les baguettes latérales ou les rétroviseurs, le moulage d'un tableau de bord en une seule pièce au lieu de cinq (ce qui est le procédé classique), afin de réduire le nombre de moules et la manipulation, ou encore la faible courbure des vitres avant et arrière.

La Logan a d'abord été produite en Roumanie, où le successeur de la Solenza a été vendu sous la marque Dacia à partir de l'automne 2004. Dans les semaines qui suivirent, la Logan fut également introduite dans les pays voisins (Europe centrale, Turquie), puis, à partir de la mi-2005, en Algérie, au Maroc, en Europe occidentale, en Russie et en Colombie. Plus tard, elle est devenue un modèle mondial avec de nombreux noms : Nissan Aprio, Renault Tondar 90 ou encore Mahindra Verito.

Dacia Logan (2004-2013)
Dacia Logan (2004-2013)

Cependant, l'objectif des 5 000 euros n'a pas pu être tout à fait tenu. En Roumanie, la Logan a commencé à 6 280 euros

En février 2006, Dacia a présenté la Logan Steppe Concept, une étude qui préfigurait le futur break Logan MCV, lancé sur le marché en 2007. Une camionnette appelée Van et un pick-up lui ont été adjoints.

Dacia Logan (2004-2013)

Dacia Logan Van

Dacia Logan (2004-2013)

Dacia Logan Pick-Up

Dacia Logan (2004-2013)

Dacia Logan MCV

En juillet 2008, une version remaniée de la berline Logan a été lancée sur le marché. Ce modèle, inspiré de la Dacia Sandero, ne comporte que des retouches esthétiques, la technique restant inchangée. L'avant a été doté de phares plus grands et d'une calandre plus large avec un nouveau logo Dacia qui, dans les deux versions les plus chères, comprenait un enjoliveur chromé.

Il y avait également un nouveau pare-chocs et une prise d'air plus large dans la nouvelle jupe avant. Le couvercle du coffre a été modifié et complété par une arête de décollement. Les feux arrière et le pare-chocs ont également été modifiés. Sur la ligne d'équipement la plus élevée, il y avait une baguette chromée à l'arrière.

En 2013, la Logan a été remplacée par la deuxième génération. Aujourd'hui, la berline en est à sa troisième génération et ce n'est pas sans succès. Depuis 2004, environ deux millions d'unités ont été vendues. 

Entre-temps, la première génération de Logan est devenue assez rare dans des pays comme l'Allemagne, mais elle reste bon marché. S'en procurer une à bas prix et la faire mûrir pour en faire une voiture de collection ? Pourquoi ne pas le faire ? Après tout, la première Neo-Dacia est une étape importante de la production de masse, au même titre qu'une Ford Model T ou une Coccinelle VW.