La marque Yamaha représente beaucoup de choses. Certains pensent aux motos tandis que d’autres voient l’entreprise comme l’un des plus importants fabricants d’instruments de musique et d’équipements audio. Des karts de golf et VTT aux générateurs et piscines, en passant par les moteurs marins, Yamaha propose une gamme de produits diversifiée, mais son implication dans le segment automobile est moins connue.

<p>2015 Yamaha Sports Ride concept</p>

L'arrière du concept Yamaha sportif (2015)

Sachez que la marque japonaise a aidé Toyota à développer la 2000GT dans les années 1960. De plus, elle a conçu et construit les V6 SHO et V8 SHO de Ford. De plus, Yamaha a également collaboré avec Lexus pour le V10 de sa supercar LFA, au son magistral. Le constructeur s'est aussi impliqué sur un V8 qui équipait quelques modèles Volvo

En plus de tous ces projets, Yamaha a envisagé de fabriquer sa propre voiture. L'OX99-11 de 1992 devait entrer en production, deux ans plus tard, avec un moteur V12. Cependant, la récession du début des années 1990 a tué ce qui aurait été une voiture de F1 conçue pour la route. L'entreprise japonaise a revisité l'idée de construire un tel bolide, mais le projet n'a pas été retenu, lui non plus. Quelques années plus tard, la "Sports Ride" a été présentée au Salon automobile de Tokyo comme une rivale potentielle de la Mazda Miata.

Le petit coupé deux places construit autour du châssis iStream, de Gordon Murray Design, pesait un poids de 750 kg, ce qui est remarquablement bas. À titre de comparaison, une F1 moderne affiche 798 kg sur la balance. Cela rendait la Yamaha considérablement plus légère que la MX-5 de génération ND qui venait tout juste de sortir en 2015. Le concept de voiture de sport à propulsion arrière ne mesurait que 3,9 m de long, 1,7 m de large et 1,17 m de haut, donc des proportions à peu près similaires par rapport à celles d'une Miata.

Nouvelle tentative en 2018

La présentation du concept au Salon automobile de Tokyo 2015 n'était pas la fin de l'histoire. Des images de brevet ultérieures d'un design différent, vraisemblablement une version plus proche de la production, ont émergé dans le cadre d'un dépôt de propriété intellectuelle en 2018. La voiture ressemblait à une Lotus. De plus, les embouts d'échappement avaient disparu. Cette confusion a amené les gens à croire que la "Sports Ride" s'était transformée en un véhicule électrique.

<p>2017 Yamaha sports car design trademark</p>

Marque déposée pour une Yamaha de sport (2018)

Yamaha Sports Ride design trademark

Idem

La demande de marque répertoriée sur le site Web de l'Office de l'Union européenne, pour la propriété intellectuelle, montre Gordon Murray comme l'un des concepteurs. Fait intéressant, nous avons trouvé une vidéo publiée par Yamaha montrant la voiture mise à jour en cours de test en 2017, date à laquelle elle était devenue la T40. Il était clair qu’il y avait encore un moteur thermique à l'intérieur.

Yamaha n'a jamais divulgué l'identité de ce dernier, mais a déclaré que les phares de la "Sports Ride" étaient inspirés de ceux de l'YZF-R1. La moto de sport était équipée d'un quatre cylindres de 1,0 litre développant 200 chevaux et tournant à 14 000 tr/min. Imaginez ce moteur dans un coupé qui ne pesait pratiquement rien. Cela aurait donné du fil à retordre à la Miata.

Voir la voiture subir des tests avec un design proche de celui de la production suggère que Yamaha envisageait sérieusement de la vendre. Malheureusement, elle a abandonné tous ses projets de développement automobile en 2019, de sorte que le concurrent Subaru BRZ/Toyota GR86 ne s'est jamais concrétisé et c'est bien dommage.

Galerie: Concept d'une voiture de sport Yamaha (2015)