À ne pas confondre avec la TVR Chimaera, la Koenigsegg Chimera est encore plus rare. Il n'en existe qu'une seule au monde et elle tire ses origines de l'Agera RS. Cependant, la voiture donneuse a subi des modifications substantielles puisque l'hypercar est désormais équipée du moteur de la Jesko. De plus, elle emprunte la transmission manuelle simulée de la CC850.

Top Gear a eu l'occasion de s'approcher de la machine unique appartenant au président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem. Non content d'avoir une Agera RS "banale" (1 sur 25), l'ancien pilote de rallye a demandé à Koenigsegg s'il pouvait transformer son bien précieux en une voiture vraiment unique. C'est ainsi qu'est née la Chimera, équipée d'un V8 biturbo développant 1 280 chevaux. En passant à l'E85, le moteur de 5,0 litres libère une puissance impressionnante de 1 600 chevaux.

La voiture ne cesse de s'améliorer au fur et à mesure que nous en apprenons davantage sur elle. Par rapport à la Jesko, elle pèse environ 100 kg de moins. La Chimera affiche un poids remarquablement bas de 1 295 kg. Alors que la boîte automatique à neuf rapports est la même que celle de la Jesko, la Chimera est équipée d'une boîte manuelle à six rapports provenant de la CC850.

Il est possible d'aligner artificiellement ses propres rapports, et il y a même une pédale d'embrayage pour renforcer l'engagement du conducteur. Le conducteur peut même faire caler la voiture, comme l'a démontré Christian von Koenigsegg. La CC850 offre le choix entre un mode entièrement automatique et un mode manuel, mais il existe une autre façon de changer de vitesse dans la Chimera. Des deux voitures, elle est la seule à disposer de palettes de changement de vitesse derrière le volant. Mais cela va changer puisque la CC850 sera également disponible avec des palettes de changement de vitesse.

Vous pouvez imaginer qu'il n'a pas été facile de fusionner trois voitures en une seule, d'autant plus que l'Agera est beaucoup plus ancienne, puisqu'elle date de 2010. L'électronique a dû être revue pour que les pièces nouvelles et existantes fonctionnent en harmonie. Les batteries ne sont plus là où elles étaient auparavant et les faisceaux de câbles d'origine ont tous disparu.

Un nom tiré de la mythologie

Mohammed Ben Sulayem a également commandé une Jesko et une CC850, et le patron de Koenigsegg le considère comme un "client à long terme". Les dirigeants admettent qu'il est financièrement plus judicieux d'acheter une toute nouvelle voiture équipée de ce matériel plutôt que de modifier un véhicule existant. Il n'y aura pas d'autre voiture exactement comme la Chimera, mais la marque suédoise est ouverte à l'idée de pimenter les choses si des acheteurs fortunés le souhaitent.

Le nom "Chimera" est tout à fait logique puisqu'il fait référence à un monstre de la mythologie grecque qui avait une tête de lion, un corps de chèvre et une queue de serpent. Le dernier bijou de Koenigsegg est également un hybride, mais pas de manière ennuyeuse. La marque Agera RS a disparu, mais le numéro d'identification est le même.

Koenigsegg n'est pas la première marque à améliorer une voiture existante et même à lui donner un nouveau nom. Il existe d'innombrables Pagani Zonda basées sur des véhicules plus anciens, mais dotées de moteurs plus puissants, d'une aérodynamique améliorée et d'autres modernisations.

Galerie: L'Agera RSR de Koenigsegg en vente chez RM Sotheby's