Le feuilleton Ghosn n'en finit plus.

Le jeudi 4 avril, peu avant 6 heures du matin au Japon (mercredi 3 avril à 23h00 en France), Carlos Ghosn est arrêté par les magistrats du parquet de Tokyo dans sa résidence de Shibuya, à Tokyo. Selon les médias japonais, pour justifier cette arrestation impromptue, l'ex-patron de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi aurait détourné de l'argent à des fins personnelles. 

Le constructeur Nissan aurait remis à Carlos Ghosn une enveloppe dénommée la "réserve du PDG". Cette enveloppe contenait près de 28 millions d'euros, que Ghosn aurait versés à un concessionnaire exclusif Nissan (Suhail Bahwan Automobiles) situé à Oman. Sauf que, cet argent aurait transité par un fonds d'investissements libanais, révèle le journal Le Monde, qui serait géré par un dirigeant du concessionnaire d'Oman et dont l'un des actionnaires serait un ami d'enfance de Carlos Ghosn.

Carlos Ghosn aurait profité de son pouvoir pour détourner une partie de cet argent, pour alimenter le compte d'une société dont Carole Ghosn (l'épouse) était la représentante. Mais ce n'est pas tout, puisque l'argent détourné aurait aussi permis à Ghosn de financer une start-up, Shogun, créée par Anthony Ghosn, le fils de l'ex-patron de Renault. Enfin, une partie de cet argent aurait également permis à la famille d'acheter un yacht...

L'ancien patron de Renault et ses avocats rejettent en bloc ces accusations. Toujours est-il que M.Ghosn retourne à la case prison pour que la justice nippone fasse la lumière sur cette affaire. Mais il est à noter que Carlos Ghosn a été libéré sous caution au mois de mars dernier. Ce dernier a créé un compte Twitter sur lequel l'ex-patron a annoncé la tenue d'une conférence de presse le 11 avril 2019, pour dire toute la vérité !

 

La chronologie de l'affaire Carlos Ghosn : 

Source: Le Monde