Carlos Ghosn est remplacé par Jean-Dominique Senard à la tête du conseil d'administration de Nissan.

Le lundi 8 avril 2019, à Tokyo, se tenait une assemblée extraordinaire réunissant près de 4200 actionnaires du constructeur Nissan. Ces actionnaires ont voté pour la révocation de Carlos Ghosn de son poste d'administrateur au sein de Nissan. Après 20 ans de règne, et après sa destitution de son poste de président de Nissan par le conseil d'administration en novembre dernier, Carlos Ghosn n'a donc définitivement plus aucun lien avec le constructeur japonais. 

Lors de cette assemblée extraordinaire, Hiroto Saikawa, patron exécutif de Nissan, s'est excusé auprès des actionnaires : "Il s'est passé quatre mois depuis l'événement de novembre, Nissan est à un moment critique (...) pour tirer un trait sur cet épisode et franchir une nouvelle étape dans la réforme de gouvernance". Mais cela n'a pas suffi à calmer la colère des actionnaires, qui ont exprimé leur mécontentement : "Comme dirigeant, vous n’êtes pas qualifiés. Je suis sûr que vous saviez et que vous n’avez rien fait. Vous n’avez pas été assez courageux pour agir. Vous devez assumer vos responsabilités" a lancé l'un d'eux.

Pour rappel, Carlos Ghosn a été arrêté au Japon en novembre 2018. Il est accusé par la justice nippone de malversations financières. Après des mois de détention, Carlos Ghosn a été libéré sous caution, mais il a été de nouveau arrêté au début du mois d'avril, il est cette fois accusé d'avoir détourné de l'argent et de l'avoir utilisé à des fins personnelles. Carlos Ghosn n'est aussi plus le patron de Renault. Dans la nuit de mercredi 23 janvier à jeudi 24 janvier 2019, Carlos Ghosn a démissionné de ses fonctions chez le constructeur français.

La chronologie de l'affaire Carlos Ghosn : 

Source: Le Monde