Le constructeur a tiré son épingle du jeu dans un marché en baisse.

Sur le plan commercial, Citroën a bien commencé l'année de son centenaire en Europe. Au premier trimestre, le constructeur au double chevron a vu ses ventes de VP et VUL grimper de 3,2%, sur un marché plutôt en berne (-2,3%). Avec 229'000 exemplaires écoulés, il a atteint une part de marché de 4,9% (en hausse de 0,3 point) et est passé de la huitième à la septième place du classement des marques. Il enregistre notamment une belle performance sur le marché du VP, où ses ventes ont grimpé de 5,8% quand la tendance globale était à la baisse (-3,2%). Selon ses dires, Citroën est la seule marque du Top 12 à progresser sur le marché européen du VP au 1er trimestre.

EMP2 : Citroën C4 Picasso, Peugeot 308, Opel Grandland X

La situation de Citroën en France

Dans l'Hexagone, qui reste son premier marché en Europe, Citroën a immatriculé 61'226 voitures sur le marché du VP au premier trimestre de l'année, soit une hausse de 10,3%. À titre de comparaison, et selon les chiffres du Comité des Constructeurs Français d'Automobiles, Peugeot a écoulé 98'697 voitures durant la même période (-4,23%), Renault 102'065 (-4,3%) et Dacia 35'616 (+5,1%). Le modèle le plus populaire du constructeur reste la C3 (21'976 exemplaires), troisième véhicule le plus vendu en France derrière la Peugeot 208 et la Renault Clio. Le C3 Aircross, dixième du marché, a représenté 13'692 immatriculations, à comparer aux 20'033 Captur vendus par Renault. Viennent ensuite le nouveau C5 Aircross (vingtième, 6350 unités), la C4 Cactus (vingt-troisième, 5647 unités) et la C1 (vingt-sixième, 4901 unités). Le C4 SpaceTourer (4643 immatriculations) est vingt-huitième, juste derrière son rival le Renault Scénic.

'