Que vaut le haut de gamme du nouveau SUV français ?

Après une session d'essai très convaincante du côté des routes marocaines, il était temps de reprendre le Citroën C5 Aircross dans un environnement plus familier. Pour ce deuxième test, nous avons sélectionné la version haut de gamme, à savoir une finition "Shine" équipée du moteur quatre cylindres essence 1,6 litre PureTech de 180 chevaux. Une offre qui correspond globalement à la demande du marché, de plus en plus tournée vers les modèles essence. Le C5 Aircross a très clairement une carte à jouer dans le domaine ultra concurrentiel des SUV de segment C. Pourquoi ? Car tout simplement il est l'un des seuls à miser sur le confort, quand pratiquement tous les autres tentent de conjuguer les deux qualités antinomiques que sont le confort et le dynamisme. Puis il faut dire que ce Citroën C5 Aircross se démarque clairement par un style à la fois ludique, et somme toute assez sympathique, qui rompt globalement avec la monotonie des Volkswagen Tiguan, Nissan Qashqai et autres Opel Grandland X.

Essai Citroën C5 Aircross

Imposant et reposant

Si nous vous laisserons seul juge du design extérieur, sachez toutefois que notre finition "Shine" permet à notre C5 Aircross de s'octroyer quelques éléments de style assez intéressants comme des jantes de 18 pouces, les parties inférieures noires avec des inserts de couleur au niveau du bouclier et des Airbumps, ou encore les projecteurs Full LED. En termes de dimensions, le Citroën C5 Aircross mesure 4,50 mètres en longueur, 1,86 mètre en largeur et 1,69 mètre en hauteur. C'est 5,5 centimètres de plus qu'une Peugeot 3008 (4,45 mètres) et un centimètre de plus qu'un Volkswagen Tiguan (4,49 mètres). C'est un beau bébé, surtout en largeur où, avec les rétroviseurs, il atteint pratiquement deux mètres de large. Compliqué donc de le stationner sans qu'il dépasse. Les manœuvres au sein des parkings des grandes villes, souvent très étroits, ne sont également pas une mince affaire.

Essai Citroën C5 Aircross
Essai Citroën C5 Aircross
Essai Citroën C5 Aircross

À l'intérieur, notre version d'essai bénéficie d'une sellerie "Metropolitan Beige" du plus bel effet qui contraste avec la couleur extérieure "Bleu Tijuca" (option à 650 euros). Cette sellerie immacule les nouveaux sièges "Advanced Comfort" permettant d'octroyer un confort au niveau de l'assise absolument irréprochable. Ces sièges, matelassés en surface, bénéficient d'une mousse d'environ 15 millimètres d'épaisseur. Au cœur des sièges, les ingénieurs ont intégré une mousse à haute densité permettant de garantir un confort optimal dans le temps. Le confort postural est aussi un élément soigné par Citroën grâce à une assise et un dossier larges bénéficiant d'un maintien renforcé. Outre les sièges, l'habitacle présente plutôt bien malgré la présence de plastiques durs. Dessinée dans l'horizontalité, la planche de bord du C5 Aircross est plutôt ergonomique avec très peu de commandes physiques. L'écran tactile central de huit pouces intègre différentes fonctions d'info-divertissement. Sous les yeux du conducteur, nous retrouvons un écran numérique de 12,3 pouces remplaçant ainsi les compteurs à aiguilles traditionnels. En termes d'habitabilité le Citroën C5 Aircross fait parti des bons élèves de la catégorie avec trois vraies places indépendantes à l'arrière et coulissantes sur 15 centimètres. De ce fait, cela fait varier le volume du coffre de 580 à 720 litres, soit l'une des meilleures données du segment aux côtés du Škoda Karoq. Une fois les sièges rabattus, le volume de coffre peut aller jusqu'à 1630 litres.

Essai Citroën C5 Aircross
Essai Citroën C5 Aircross
Essai Citroën C5 Aircross
Essai Citroën C5 Aircross
Essai Citroën C5 Aircross

Une motorisation décevante ?

Un PureTech de 180 chevaux ? Non ce n'est pas une faute de frappe, il ne s'agit pas du trois cylindres mais bien du quatre cylindres 1,6 litre anciennement appelé THP et conçu en collaboration avec BMW. Autrefois cantonné à une puissance maximale de 165 chevaux, ce bloc essence passe maintenant à 180 chevaux et 250 Nm de couple. Il s'accompagne de rejets de 129 g/km de CO2. Un record pour un véhicule de 1430 kilos et de pratiquement 200 chevaux, lui permettant ainsi de contenir son malus à seulement 113 euros. Associé à la boîte de vitesses automatique EAT à huit rapports fournie par Aisin, le moteur ne fait pas vraiment preuve de rigueur et s'accompagne, en plus de ça, de consommations assez élevées avec une moyenne relevée de 8,4 l/100 kilomètres sur un parcours majoritairement autoroutier. Sans manquer de chevaux, ce bloc manque toutefois de couple avec seulement 250 Nm. On aurait aimé en avoir un peu plus, notamment lors des phases de dépassement sur autoroute. Pourtant, au vu de la fiche technique, les performances sont correctes avec un 0 à 100 km/h abattu en 8,2 secondes. Dans l'ensemble, le bloc quatre cylindres 2,0 litres BlueHDI de 180 chevaux et 400 Nm de couple offrira plus d'agrément... et des consommations bien meilleures. Nous vous laisserons découvrir son essai en vidéo à la fin de l'article.

Essai Citroën C5 Aircross
Essai Citroën C5 Aircross

En réalité, c'est de part son confort que le Citroën C5 Aircross brille. Il enterre même pratiquement toute la concurrence grâce à son système de suspensions à butées hydrauliques. Comme à la grande époque des DS, CX ou C6, ces suspensions permettent de garder une assiette constante et ainsi préserver le confort de ses passagers. Pour vous expliquer brièvement la chose, les suspensions classiques sont composées d’un amortisseur, d’un ressort et d’une butée mécanique. Les suspensions avec butées hydrauliques progressives de chez Citroën ajoutent deux butées hydrauliques de part et d’autre : une de détente et une de compression. La suspension travaille ainsi en deux temps en fonction des sollicitations et du relief de la route. Sur les compressions et petites détentes, ressort et amortisseur contrôlent ensemble les mouvements verticaux sans avoir besoin de solliciter les butées hydrauliques. La présence de ces butées a permis aux ingénieurs d’offrir une plus grande liberté de débattement, ce qui procure un effet de tapis volant. Sur les compressions et détentes plus importantes, ressorts et amortisseurs travaillent de concert avec les butées hydrauliques de compression ou de détente. Ces dernières ralentissent le mouvement de façon progressive, évitant ainsi les arrêts brusques en fin de course.

Évidemment ne vous attendez pas à un comportement digne d'un 3008, le Citroën C5 Aircross prendra plus de roulis, s'écrasera davantage sur ses appuis... bref, sans être complètement mollasson, il n'est pas un modèle de dynamisme. Citroën dote sa nouveau SUV de nombreux systèmes d'aides à la conduite, dont notamment la très intrusive correction au volant due au système de maintien dans la voie. Elle ne vous autorisera pas le moindre écart et corrigera de manière brutale la trajectoire via un coup de volant d'une douceur toute relative. En dehors de ça, le C5 Aircross peut être doté du régulateur de vitesse adaptatif, du freinage automatique d'urgence ou encore de la surveillance des angles morts.

Le mot de la fin

On ne peut pas dire que ce C5 Aircross arrive vraiment tôt sur ce marché ultra concurrentiel. Force est de constater qu'il a su néanmoins s'émanciper assez rapidement de tous les autres avec un critère où il bat absolument toute la concurrence à plat de couture : le confort. En plus de ça, il ravira les familles avec de la modularité et un coffre gigantesque pour y loger toutes vos valises plus ou moins utiles. En revanche, nous avons été un peu moins séduit par ce moteur essence de 180 chevaux, plutôt gourmand et aux performances correctes mais sans plus. En d'autres termes, l'agrément d'un diesel semble aujourd'hui sûrement mieux convenir au C5 Aircross. Enfin, touchons un mot des prix, puisqu'ils débutent à partir de 24'700 euros avec la finition "Start" et le moteur essence de 130 chevaux. Notre modèle d'essai haut de gamme équipé de la finition "Shine", de quelques options supplémentaires (toit ouvrant panoramique, Grip Control...) et du plus gros moteur essence s'échange contre 39'270 euros. Une somme tout à fait en adéquation avec l'offre du marché actuelle.

 
Points positifs Points négatifs
Confort absolument irréprochable Consommations du moteur PureTech 180
Modularité Manque de couple lors des relances
Tarifs contenus Système d'info-divertissement peu ergonomique
 
'

Citroën C5 Aircross - 1,6 litre PureTech 180 chevaux EAT8

Motorisation Essence PureTech, quatre cylindres en ligne, 1598 cm³, turbo
Puissance 180 chevaux / 250 Nm
Transmission Boîte automatique à huit rapports - EAT8
Type de transmission Traction
0-100 km/h 8,2 secondes
Poids 1430 kg
Volume de coffre 580 / 720 à 1630 litres
Places 5
Economie de carburant Urbain : 7,1 l/100 km / Extra-urbain : 4,9 l/100 km / Mixte : 5,7 l/100 km
En vente 2019
Prix de base 24'700 €
Prix de la version testée 39'270 €

Galerie: Essai Citroën C5 Aircross : 1.6 PureTech 180 ch