Les grandes victoires de Ferrari ont pour la plupart été remportées avec les célèbres moteurs V12, mais au fil du temps, le légendaire constructeur basé à Maranello a dû s’adapter à son époque et a réussi à briller avec des moteurs plus petits, turbocompressés et même hybrides.

Le moteur F163 du 296 - 2

La dernière victoire majeure de la marque italienne est elle celle des 24 Heures du Mans, en 2023, où Ferrari a pu à nouveau gagner après 58 ans d'attente. Et cela a été réalisé avec un moteur relativement petit en termes de cylindrée. Ce dernier a été repris, presque inchangé, de la voiture de route avec laquelle il a été introduit : la 296. Voici ses secrets...

Galerie: Ferrari 296 GTB

Dans l'esprit de la tradition

Le moteur en question s'appelle F163 et est totalement inédit lorsqu'il fait ses débuts en 2021 dans les 296 GTB et GTS : il s'agit d'un V6, ce qui n’est pas anodin puisque c’est ce moteur que Ferrari a abandonné après la première Dino et qui n'était utilisé qu'en course pour l'unité F1 (depuis 2014) mais avec lequel il n'a rien de commun.

f1-jerez-february-testing-2015-kimi-raikkonen-scuderia-ferrari

Le V6 des Ferrari en F1 (ici la SF15-T de 2015) est bien différent : c'est une version turbo/hybride limitée à 15 000 tr/min. De nos jours, la partie thermique délivre environ 850 chevaux, tandis que la partie électrique en produit jusqu'à 170.

Le moteur F163 a une cylindrée de 2 996 cm3 et un angle entre les bancs de cylindres de 120°, ce qui permet l'emplacement des deux turbocompresseurs IHI à l'intérieur du V et non pas sur le côté du moteur. Cette solution est meilleure en termes d'encombrement et présente l'avantage de réduire le retard de réponse des turbos. Le V6, fabriqué en aluminium et en matériaux légers, possède deux arbres à cames par rangée de cylindres avec déphaseurs et quatre soupapes par cylindre. Il produit entre 600 et 700 ch selon le modèle.

Pas que des hybrides

Le F163 fut utilisé pour la première fois en 2021 avec la 296 GTB, une Berlinetta à moteur arrière. À l’époque, elle est destinée à remplacer la 488 et est basée sur la SF90, plus puissante. Cette dernière possède une configuration technique similaire mais avec un V8 bi-turbo. La 296 développe une puissance totale de 830 chevaux, et 663 d’entre eux proviennent du V6 à 8 000 tr/min. Le reste est dû à un moteur électrique monté sur l’essieu avant et alimenté par une batterie rechargeable.

Galerie: Essai Ferrari SF90 Stradale

Deux versions de compétition de la 296 sont produites, mais sans la partie électrique : dans la 296 GT3, le moteur de la variante F163CE est limité à 600 ch, soit toujours plus que le modèle précédent, la 488 GT3, dont le V8 bi-turbo a 525 ch. La version Challenge, qui remplacera la 488 Challenge similaire pour le championnat de la marque Ferrari à partir de 2024, est également basée sur la 296. Dans son cas, la puissance est même augmentée à 700 ch.

Galerie: Ferrari 296 GT3 à Fiorano

L'hypercar 499P

Cependant, la version ultime du groupe moto-propulseur de la F163 sera atteinte en 2023 avec la 499P, une voiture conçue de A à Z en collaboration avec Dallara pour le châssis. Le but ? Ramener Ferrari dans le top des séries d'endurance après des décennies au cours desquelles la marque de Maranello n'a concouru qu'avec des équipes privées dans des catégories plus petites telles que les classes GT.

Galerie: Ferrari 499P

La 499P utilise un système très similaire à celui de la voiture de route 296, mais sans recharge de batterie externe, qui est uniquement régénérée par le système de récupération d'énergie à l’instar des voitures de F1. Dans ce cas, le V6 F163CE produit 680 ch en plus des 272 ch développés par le moteur électrique relié aux roues avant. Au total, la voiture dispose de 950 ch, même si la réglementation limite la puissance totale que peut délivrer le système à 500 kW, soit moins de 700 ch.

Ferrari 499P

Ferrari n'avait pas remporté la mythique course du Mans depuis 1965.

Équipée de ce moteur, la 499P a remporté les 24 Heures du Mans en juin 2023. Un succès qui s'ajoute à celui des 1000 Miglia di Sebring lors de ses débuts mais qui n’a pas suffit à donner à Ferrari le titre mondial, remporté par Toyota.

Galerie: Le moteur Ferrari F163 : de la 296 à la 499