Si le Classe B était en quelque sorte le modèle familial de la gamme Mercedes, il faudra également désormais compter sur le GLB, un véhicule à mi-chemin entre monospace et SUV.

La stratégie de Mercedes est pour le moins simple à comprendre : s'il y a un marché, aussi infime soit-il, qui n'est pas occupé par au moins un modèle de la marque, vous pouvez être certain que Mercedes l'occupera sous peu avec un nouveau produit. Cette stratégie est déjà bien connue chez les constructeurs allemands, qui abreuvent le marché de nouveautés afin d'en occuper chaque recoin.

Le Mercedes GLB est le parfait exemple de la stratégie de la marque. Il s'agit d'un modèle vendu comme un SUV, mais dont l'esthétisme peut aussi rappeler celui du monospace. Sauf que le rôle du monospace compact est endossé par le Mercedes Classe B au sein du catalogue. Mais peut-on vraiment le considérer comme un monospace désormais alors que le GLB propose, de série, sept places, le tout avec un gabarit relativement contenu ?

Essai Mercedes GLB (2020)

Un véhicule compact, vraiment ?

Encore une fois, les segments sont chamboulés et nous avons parfois un peu de mal à nous y retrouver. Quoi qu'il en soit, cette nouvelle offre devrait plaire aux clients à la recherche d'un SUV avec sept places chez Mercedes.

Auparavant, il fallait mettre la main au portefeuille pour s'offrir un véhicule sept places du côté de la firme étoilée, sans être obligatoirement obligé de passer par la case Classe V, un véhicule que l'on assimile davantage à un petit utilitaire plutôt qu'à un SUV moderne. C'était le GLE qui endossait ce rôle, moyennant environ 70'000 euros et plus de 3000 euros l'option pour ajouter une troisième rangée. Ce qui n'était pas forcément à la portée de toutes les bourses, même pour un client Mercedes.

Le GLB tombe donc à pic, ce SUV compact familial vient donc s'immiscer entre le nouveau GLA et le GLC. Le GLB est plus proche du GLC que du GLA en matière de dimensions puisqu'il n'y a que quatre centimètres d'écart entre les deux, le GLC culminant à 4,67 mètres et le GLB à 4,63 mètres. Il n'empêche que, malgré ses dimensions, le GLB fait partie de la gamme compacte chez Mercedes et repose sur la même plateforme que ses homologues Classe A, Classe B, GLA, CLA et CLA Shooting Brake.

Essai Mercedes GLB (2020)
Essai Mercedes GLB (2020)

Rendez-vous en terre connue 

Si vous connaissez d'ores et déjà la nouvelle gamme de compactes chez Mercedes, vous ne serez pas dépaysé à bord de ce GLB. Nous retrouvons les mêmes présentations qu'à bord d'une Classe A, notamment au sein de notre version équipée de la finition "AMG Line", soit le niveau le plus élevé, et qui intègre de nombreuses technologies. On apprécie, ou pas, selon les goûts, la double dalle numérique qui permet d'obtenir toutes les informations nécessaires à la conduite.

L'écran de droite est tactile et très fluide, les graphismes sont de qualité et l'ergonomie plutôt correcte. Le système d'info-divertissement MBUX ajoute une vraie valeur ajoutée à la voiture et brille par ses technologies, à commencer par un système de reconnaissance vocale très abouti. Aujourd'hui, ce système est certainement l'un, si ce n'est le meilleur sur le marché des véhicules compacts.

Les matériaux sont de qualité globalement, nous notons simplement la présence de plastiques un peu durs en partie basse, mais absolument rien de rédhibitoire à ce niveau. Contrairement à d'autres marques concurrentes, la qualité des matériaux à l'intérieur n'est pas en retrait chez Mercedes au sein de la catégorie des véhicules compacts.

Essai Mercedes GLB (2020)

L'habitabilité est au rendez-vous

Le principal avantage de ce Mercedes GLB, c'est bien évidemment sa modularité. Évidemment, avec 4,63 mètres de long et des attributs de SUV, ne vous attendez pas à avoir l'habitabilité d'un Citroën C4 SpaceTourer ou encore d'un Škoda Kodiaq, mais le GLB révèle certains aspects bien pratiques, à commencer par la banquette fractionnable 60/40 et coulissante sur 14 centimètres. D'une manière générale, Mercedes ne pouvait pas faire autrement que rendre cette deuxième rangée habitable puisqu'il s'agit également de la porte d'entrée pour la troisième rangée.

Essai Mercedes GLB (2020)

Si la deuxième rangée est parfaitement adaptée pour des adultes, même de grande taille, naturellement, la troisième conviendra mieux à des enfants ou à des adultes, mais pour des trajets qui ne s'éterniseront pas trop. L'accès demande quelques contorsions mais rien de vraiment insurmontable. Du côté du coffre, avec sept places, le GLB est annoncé à 130 litres, de quoi y loger à peine deux petites valises.

Avec cinq places il passe à 500 litres et jusqu'à 1680 litres avec les deux rangées rabattues. Malgré son gabarit, le GLB est moins généreux que ses concurrents sept places, à commencer par la Peugeot 5008, qui mesure seulement un centimètre de plus et qui revendique un peu plus de 700 litres en configuration standard cinq places.

Essai Mercedes GLB (2020)
Essai Mercedes GLB (2020)

Un petit moteur essence convaincant

À la lecture de la fiche technique, et à la vue de l'esthétisme de notre voiture, ce n'est pas le grand frisson qui nous semble promis derrière le volant. Sous le capot, notre Mercedes GLB 200 est équipé d'un quatre cylindres 1,3 litre d'origine Renault qui développe 163 chevaux et 250 Nm de couple. Sur notre modèle d'essai, la puissance est envoyée seulement aux roues avant puisque nous ne disposons pas de la transmission intégrale 4Matic.

Une bonne nouvelle en soi puisque cela permet d'avoir un poids relativement contenu de 1555 kilos à vide, sans compter qu'il n'est peut-être pas forcément nécéssaire d'avoir quatre roues motrices pour l'usage que nous aurons de la voiture. La boîte automatique à sept rapports se chargera donc de distribuer la puissance aux seules roues avant. Les performances sont plutôt bonnes puisque Mercedes annonce un 0 à 100 km/h abattu en l'espace de 9,1 secondes.

Sur la route, le GLB s'avère plutôt surprenant compte tenu de ce que nous nous attendions. De prime abord, nous pourrions penser avoir affaire à un SUV lourd et pataud, mais c'est tout l'effet inverse qui se produit. Sans être un foudre de guerre, notre GLB est bien motorisé avec un bloc essence de 163 chevaux un brin bruyant sur les phases d'accélération mais suffisamment pêchu pour mouvoir convenablement notre engin.

Essai Mercedes GLB (2020)

Le confort comme maître-mot

Notre modèle d'essai brille par son confort en utilisation urbaine avec un tarage des suspensions très souple qui ferait passer chaque dos d'âne pour une simple aspérité. Toutes les commandes sont souples globalement, de la direction à la suspension en passant par la boîte de vitesses, douce et agréable en usage conventionnel.

La fermeté de nos sièges vient légèrement ternir le tableau en matière de confort, mais l'ensemble est tout de même de grande qualité. La présence de jantes de 19 pouces sur notre modèle d'essai doit également jouer, les modèles équipés de jantes de 20 pouces, optionnelles, doivent certainement rendre le GLB légèrement moins confortable.

Évidemment, le revers de la médaille quand une voiture est confortable, c'est qu'elle devient moins à l'aise sur routes sinueuses. C'est effectivement le cas pour notre GLB qui a tendance à prendre pas mal de roulis et à plonger rapidement du nez sur des freinages un peu appuyés.

Heureusement, Mercedes propose deux modes de conduite qui offrent une différence vraiment perceptible. Le mode "Sport" raffermit les commandes, sans rendre le GLB inconfortable, et la voiture devient un peu plus engageante. Elle peut aisément enchaîner les kilomètres sur un parcours tortueux en offrant un agrément plus que convenable pour un SUV à vocation familiale.

Au terme de notre essai, nous avons relevé un peu plus de 8,0 l/100 kilomètres, avec un trajet composé à 60 % d'urbain et 40 % de routes nationales. Des données plutôt correctes pour un SUV familial avec un moteur essence, mais toujours assez éloignées des données annoncées en usage mixte par la norme WLTP (5,9 l/100 kilomètres). En matière d'émissions de CO2, notre modèle d'essai est annoncé à 134 g/km, il est donc exempté de malus en France en 2020.

Essai Mercedes GLB (2020)
Essai Mercedes GLB (2020)

Voiture premium, tarifs premium

Ça tombe plutôt bien puisque la facture finale est assez salée, 54'000 euros tout rond en l'occurrence pour notre modèle d'essai avec le moteur essence de 163 chevaux, la finition "AMG Line" et quelques options assez onéreuses comme le "Pack Premium Plus" (3800 euros) ou encore le "Pack d'assistance à la conduite Plus" (2200 euros). Le Mercedes GLB démarre à partir de 45'350 euros et peut s'échanger jusqu'à un peu plus de 60'000 euros si vous choisissez le plus gros moteur diesel, les quatre roues motrices et quelques options supplémentaires.

Un tarif vraiment premium qui vient placer le GLB assez largement au-dessus de ses concurrents dans cette catégorie. Si nous pouvons exclure la Peugeot 5008 qui débute sous la barre des 30'000 euros avec son petit moteur essence de 130 chevaux, ou encore le Tiguan Allspace qui débute aux alentours de 38'000 euros avec un bloc essence de 150 chevaux, d'autres modèles moins généralistes et au blason plus prestigieux pourront faire de l'ombre au GLB.

Nous pouvons citer la BMW Série 2 Gran Tourer dans sa version sept places (à partir de 27'900 euros), même s'il faudra oublier l'aspect SUV, ou encore le Land Rover Discovery Sport, qui dispose lui aussi de sept places (en option à 1311 euros) et qui débute à partir de 38'100 euros avec un diesel de 150 chevaux. Moins onéreux, de même gabarit et plus habitable que le GLB, le Discovery Sport est sans doute le concurrent principal du Mercedes, mais le blason du GLB, son aspect technologique et son confort indéniable pourraient bien inciter les clients dans le doute à se pencher plutôt du côté du SUV allemand.

Points positifs Points négatifs
Confort des suspensions Moteur bruyant en phase d'accélération
Présentation intérieure flatteuse Design assez clivant
Habitabilité correcte pour le gabarit Tarifs élevés
 

Galerie: Essai Mercedes GLB (2020)

Mercedes GLB

Motorisation Essence, quatre cylindres en ligne, 1332 cm³, turbo
Puissance 163 chevaux
Couple maximum 250 Nm
0-100 km/h 9,1 secondes
Vitesse maximum 207 km/h
Transmission Boîte robotisée à double embrayage à sept rapports
Type de transmission Traction
Longueur 4,63 mètres
Largeur 1,83 mètre
Hauteur 1,66 mètre
Poids 1555 kg (à vide)
Volume de coffre 130 à 1680 litres
Places 7
Economie de carburant Consommation moyenne : 5,9 l/100 km
Émissions 134 g/km de CO2
En vente 2020
Prix de base 45'350 €
Prix de la version testée 54'000 €