L'électrification des véhicules et l'abandon progressif des énergies fossiles ont débuté à l'échelle mondiale. De nombreux constructeurs automobiles, si ce n'est tous, se sont engagés à proposer une gamme complète de véhicules électriques avant la fin de la décennie, tandis que certaines marques, comme Hyundai, développent également des produits zéro émission sous la forme de véhicules à hydrogène.

D'autres ne sont pas prêts d'abandonner les moteurs à combustion interne et tentent de les sauver grâce aux carburants synthétiques, également appelés e-fuels. Ils ne produisent pas d'émissions non plus mais leur utilisation commerciale à grande échelle n'est pas encore un objectif.

Galerie: Hyundai N Vision 74

Hyundai ne fait pas partie de ces marques, du moins pas encore. Lors d'une table ronde organisée après le salon de Séoul, il a été demandé aux dirigeants de Hyundai Motor Company si le développement de carburants synthétiques ou de voitures pouvant les exploiter était à l'ordre du jour.

Selon Woo Suk Kim, chef de l'équipe de planification des produits de Hyundai en Asie, le groupe se concentre actuellement sur les véhicules électriques et les voitures à hydrogène. L'entreprise ne s'aventure pas pour l'instant dans le développement d'autres types de carburants. Mais Jin Cha, vice-président et responsable de la stratégie d'entreprise et du planning des relations publiques de Hyundai, a nuancé :

"Ayant plusieurs employés, nous ne sommes pas tout à fait sûrs de ce sur quoi chaque ingénieur travaille actuellement en matière de recherche, c'est pourquoi nous ne pouvons pas exclure la possibilité que Hyundai développe l'utilisation de carburants synthétiques. Cependant, pour l'instant, il n'y a pas de commercialisation de carburants synthétiques de notre côté, mais qui sait ce que l'avenir nous réserve ?"

L'Union européenne est arrivée à un compromis sur la proposition d'interdiction des véhicules thermiques à partir de 2035. Les constructeurs automobiles devraient être en mesure de continuer à vendre des moteurs à combustion interne, qui devront fonctionner avec des carburants synthétiques et être dotés d'une technologie les empêchant d'utiliser de l'essence ou du diesel. La Commission européenne a également accepté de créer une nouvelle catégorie de véhicules pour les modèles qui ne peuvent fonctionner qu'avec du e-fuel.