De temps en temps, nous aimons nous souvenir d'une de ces histoires curieuses qui, bien qu'elles paraissent incroyables, sont vraies... et nous font sourire. Dans ce cas-ci, il faut dire que cela s'est passé durant l'été 2021, en France, mais nous n'en sommes toujours pas sortis de l'auberge.

En fait, la voiture dont il est question est une berline désormais presque classique : une berline Citroën de taille moyenne comme la Xantia. Vous vous en souvenez, n'est-ce pas ? Ce dont vous ne vous souvenez probablement pas, c'est du cabriolet Xantia... parce qu'il n'a pas existé. Officiellement, du moins.

Car vous pouvez le voir sur la photo : la voiture que la police arrête est une Xantia Cabrio. Et non, la carrosserie n'est pas l'œuvre de Pininfarina, Giugiaro ou Bertone. En fait, elle semble être l'œuvre du propriétaire de la voiture, déjà auteur de l'un des pires cabriolets au monde. Un modèle, d'ailleurs, sans aucune homologation et donc illégal sur route.

Citroën Xantia Cabrio : ne vous laissez pas déconcerter par le logo Audi.

Nous sommes d'accord pour dire que cette préparation tient plus du bricolage que de l'œuvre d'art, mais nous n'entrerons pas dans ce genre de jugement. Surtout si son propriétaire l'a créée pour réaliser son rêve de conduire une décapotable.

Cependant, il y a une chose sur laquelle nous sommes tous d'accord et qu'il ne savait probablement pas : découper le toit et les montants d'une voiture avec une scie radiale n'est jamais une bonne idée.

 

Aussi avec une dose de BMW

Quoi qu'il en soit, l'histoire s'est déroulée de la manière suivante : logiquement, la police l'a arrêté dès qu'elle l'a croisé, ignorant probablement le type de voiture ornithorynque qu'elle avait devant elle.

D'après ce que l'on sait, le contrôle a eu lieu dans la commune française de Meunet-sur-Vatan, sur l'autoroute A20, sous le prétexte de vérifier que "tout était en ordre" (notez la douce ironie).

Mais bien sûr, comme on pouvait s'en douter, rien n'était en ordre. Tout était faux, tout était cassé : la voiture avait moins de papiers qu'un lièvre et, bien sûr, elle a été immobilisée et retirée de la circulation. Cette Xantia finirait-elle à la ferraille ou parquée à jamais dans un entrepôt ? Nous ne le savons pas, mais cela nous paraît tout à fait normal.

Galerie: Citroën Xantia - 30 ans

En outre, d'autres "perles" remarquables sont présentes sur la voiture, comme le logo Audi à quatre anneaux à l'avant, tandis que l'emblème BMW apparaît à l'arrière. Pourquoi choisir, quand on peut tout avoir ?

Sans parler de sa sécurité "passive", mais vraiment "passive". Car en cas d'accident, sans protection anti-retournement et sans renforts de carrosserie, le conducteur se serait probablement "arrêté de fumer" au moindre accident. Bref, nous sommes heureux que la police soit intervenue avant que l'accident ne dégénère...

Découvrez l'Audi A3 Sportback (2024):