Que vaut la nouvelle compacte de Škoda ? Réponse dans cet essai !

Le segment des compactes doit composer avec une nouvelle venue, la Škoda Scala. La Tchèque vient mettre son grain de sel dans un marché très disputé. On retrouve en effet des modèles bien établis comme la Peugeot 308, la Renault Mégane, ou encore la Volkswagen Golf. Pour tirer son épingle du jeu, la Scala doit faire au moins aussi bien que ses adversaires tout en restant compétitive.

Skoda Scala (2019)
Skoda Scala (2019)

Qu'est-ce que c'est ?

La Škoda Scala remplace la Rapid Spaceback. Cette voiture repose sur la plateforme MBQ A0 qui équipe déjà la SEAT Ibiza et la Volkswagen Polo pour ne citer qu'elles. Elle mesure 4,36 m de long et elle est, de ce fait, plus grande qu'une Peugeot 308 (+11 cm). Avec son empattement de 2,65 m, elle fait mieux que sa cousine de chez Volkswagen, Golf VII.

La Škoda Scala a une carrosserie originale qui rappelle l'Audi A3 Sportback. Sous certains angles, elle ressemble même à un break. Son arrière est très particulier avec sa lunette arrière qui descend plus bas que la normale (finitions Ambition et Style) et qui entre en contact avec les feux arrière. Heureusement que sa face avant est plus jolie, notamment avec ses feux Full Led de série qui lui donnent un regard expressif. Sur le volet esthétique, on vous laissera juger, et même s'il n'y a pas de faute de goût majeure, on regrette cependant que ce design manque de saveur.

Skoda Scala (2019)

En grimpant à bord, on découvre un univers entièrement numérique. Le conducteur a le droit à une instrumentation 100 % digitale particulièrement épurée. À sa droite se trouve un écran tactile de 9,2" qu'il pourra utiliser afin de naviguer à travers différentes fenêtres (ces écrans numériques ne sont disponibles qu'avec la finition Style). L'environnement numérique de la Tchèque est probablement son point fort car pour le reste, et si on ne prend pas en considération le design intérieur, les matériaux et les finitions sont plutôt en retrait. En effet, outre la planche de bord en plastique moussé, le reste de l'habitacle n'est pas très agréable au toucher, même le cuir des sièges manque de qualité.

La compacte de Škoda a d'autres atouts, comme l'habitabilité au niveau des places arrière. Il y a assez d'espace pour loger deux passagers adultes, la place centrale étant naturellement plus limitée mais elle reste toutefois correcte. L'espace aux genoux et la garde au toit sont excellents, il n'y a donc aucune critique à émettre à ce niveau-là. De plus, le coffre affiche un volume de chargement de 467 litres ; la Scala fait mieux que toutes ses concurrentes !

Skoda Scala (2019)
Skoda Scala (2019)
Skoda Scala (2019)

Prenons la route

Pour notre essai, nous avons opté pour la Škoda Scala 1.0 TSI 116 Style équipée d'une boîte manuelle à six rapports. Ce choix est motivé par le fait que le constructeur projette que 75 % des Scala vendues auront un moteur TSI (dont 40 % de moteur 116 ch) et que 48 % des acheteurs choisiront la finition Style, le haut de gamme.

Le moteur 1.0 TSI est un trois-cylindres et on peut vous dire qu'on l'entend assez bien dans l'habitacle. Comme vous le savez probablement, les moteurs de ce type ont une sonorité distinctive. L'acoustique du moteur n'est certes pas des plus agréables, mais ce n'est pas bien grave, passons. Ce moteur est volontaire et il est bien aidé par son turbo, qui apporte de la puissance dès que l'on accélère. Cela peut vous paraître étonnant, mais les accélérations sont parfois assez brusques, la voiture "décolle" alors que la pédale de droite n'est pas totalement enfoncée. Cette motorisation est idéale pour rouler en ville, mais elle s'avère un peu juste sur les routes dégagées, car on atteint rapidement les limites du moteur.

Skoda Scala (2019)

Son accélération est linéaire, le petit moteur crie fort lorsqu'il est sollicité, mais rien d'extraordinaire ne se passe. Cela dit, la Scala a d'autres qualités, comme son châssis et son freinage. La voiture est aussi confortable, elle peut tout à fait avaler des centaines et des centaines de kilomètres sur autoroute sans jamais être désagréable. Enfin, avec une consommation relevée d'environ 6 l/100 km, ce moteur est un bon choix pour ceux qui roulent tous les jours et pour qui la voiture est simplement un "outil" pour se déplacer sans trop consommer de carburant. Nous vous conseillons de coupler ce moteur à une boîte DSG, l'agrément de conduite ne sera que meilleur.

Skoda Scala (2019)
Skoda Scala (2019)

Même si selon la marque, le moteur 1.5 TSI 150 ne représentera que 25 % des ventes, nous avons décidé de l'essayer avec la boîte DSG 7. Eh bien, ce que l'on peut vous assurer, c'est que nous avions l'impression de conduire une voiture radicalement différente. Avec ce quatre-cylindres, la Scala change de visage et nous avons été agréablement surpris. Ses accélérations sont plus musclées et la voiture devient enfin plaisante à conduire. Son comportement est remarquable, et les différents modes proposés apportent une réelle différence par rapport au moteur 1.0 TSI. Si l'on devait choisir entre les deux versions que nous avons essayées, c'est cette motorisation (1.5 TSI 150) et cette boîte (DSG 7) que l'on choisirait. La consommation de carburant est toutefois plus élevée, comptez un bon 7 l/100 km. Le prix de la voiture est également plus élevé, 28'870 euros pour le bloc 1.5 TSI contre 25'970 euros pour le 1.0 TSI (toujours en finition Style).

Skoda Scala (2019)

Parlons argent

La compacte de Škoda démarre à partir de 19'460 euros. Elle fait mieux que toutes ses concurrentes à l'exception de la Fiat Tipo qui démarre à partir de 14'590 euros. 

Modèle Prix en entrée de gamme
Fiat Tipo (5 portes) 14'590 euros
Škoda Scala 19'460 euros
Ford Focus 19'550 euros
SEAT Leon 20'390 euros
Kia Ceed 20'990 euros
Peugeot 308 21'050 euros
Renault Mégane 21'300 euros
Opel Astra 21'700 euros
Hyundai i30 22'700 euros
VW Golf 23'250 euros

 

La Scala est bien positionnée sur le marché, d'autant plus que même en série, elle bénéficie du régulateur et du limiteur de vitesse, des rétroviseurs extérieurs électriques et dégivrants et des projecteurs avant et arrière à LED. 

En conclusion

Selon les motorisations et les finitions, la Scala se métamorphose. Son style change, tout comme son agrément de conduite qui nous a beaucoup plus convaincus lorsque la voiture est équipée du moteur 1.5 TSI 150 couplé à la boîte DSG 7. L'intérieur de la Scala n'est pas médiocre, mais il n'est sans doute pas le meilleur dans le segment des compactes. La Tchèque se rattrape grâce à son instrumentation 100 % digitale et son grand écran tactile, ainsi que par l'habitabilité de sa partie arrière et son excellent volume de coffre. Le châssis de la Scala est bien conçu, il offre un bon compromis entre confort et rigidité. Enfin, et malgré une conduite légèrement dynamique, les consommations en carburant ne sont pas énormes. Comptez 6,0 l/100 km pour le moteur 1.0 TSI 116 et 7,0 l/100 km pour le 1.5 TSI 150.

 
Les points positifs  Les points négatifs
Instrumentation digitale et écran central tactile remarquables Son du moteur trois-cylindres trop présent
Espace à l'arrière et dans le coffre Boîte manuelle parfois accrocheuse
Bon châssis  Face arrière un peu fade
 
'

Skoda Scala 1.0 TSI Style

Motorisation Trois-cylindres 1.0 TSI
Puissance 116 ch / 200 Nm
Transmission Boîte manuelle à six rapports
Type de transmission Traction
0-100 km/h 9,8 s
Poids 1265 kg à vide
Volume de coffre 467 L
Places 5 places
Economie de carburant Urbain : 6,4 l/100 km / Extra-urbain : 4,2 l/100 km / Mixte : 5,0 l/100 km
En vente Mars 2019
Prix de base 19'460 euros
Prix de la version testée > 30'000 euros

Galerie: Essai Skoda Scala (2019)