Des années 50 à nos jours !

La maison RM Sotheby's se prépare à une vente aux enchères exceptionnelle le 8 décembre, au Musée Petersen de l'Automobile, à Los Angeles. En effet, c'est une vente thématique sur l'Histoire des sportives, ayant mené jusqu'aux supercars, et même jusqu'aux hypercars, avec la présence de certaines d'entre elles dans cette vente.

Parmi les anciennes de cette liste, on retrouve une Chevrolet Corvette Sting Ray de 1963, la fameuse version Split-Window. Si sa partie arrière est ce qui a fait sa renommée, ainsi que son V8, il s'agit là de l'une des 278 ayant été commercialisées avec la climatisation de série, et pourrait atteindre 130'000 euros. De nombreuses anciennes seront proposées, parmi lesquelles deux Jaguar E-Type, dont un modèle coupé d'origine.

On retrouve de nombreuses voitures sportives et supercars des années 80 et 90, parmi lesquelles des Ferrari Testarossa, une Acura NSX de 1991 (un modèle de 2017 est également mis en vente), mais ce ne sont pas parmi les pièces les plus rares et les plus chères que l'on pourra trouver sur cette vente. Une Ferrari 330 GT 2+2 Shooting Brake sera proposée et pourrait dépasser 900'000 euros, puisqu'il s'agit d'un modèle unique développé conjointement avec Vignale.

Toujours dans la lignée ayant mené aux supercars, on retrouve notamment une Porsche 959 de 1987, un modèle que RM Sotheby's a récemment vendu lors de son enchère célébrant les 70 ans de la marque. Cette version Komfort presque entièrement d'origine pourrait flirter avec le million d'euros, soit nettement plus que l'une de ses rivales de l'époque, la Lamborghini Countach. La LP400 S présentée ici, reconnaissable par sa garde au sol abaissée, a été produite à 105 exemplaires mais ne devrait pas dépasser le demi-million d'euros.

Les hypercars, témoignage de cette évolution

En revanche, l'une des premières supercars modernes, et concurrente des deux précédemment citées, devrait s'arracher à plus d'un million d'euros. Il s'agit de la Ferrari F40, et précisément d'un modèle acheté neuf par la famille princière de Monaco, et qui n'affiche que 4000 km au compteur. Dessinée à partir de la 288 GTO Evoluzione par Nicola Materazzi, c'est la dernière voiture de route conçue sous la direction d'Enzo Ferrari, et elle reste extrêmement cotée malgré les 1311 exemplaires produits. Malgré ses 31 ans, elle est capable de couvrir le 0 à 100 km/h en 3,9s et d'atteindre plus de 320 km/h en pointe.

Les supercars et hypercars Porsche ne seront pas non plus oubliées, puisque RM Sotheby's proposera une Carrera GT de 2005. Produite à 1270 exemplaires, son V10 de 5.7 litres développe 612 chevaux et 590 Nm de couple, ce qui lui permet d'abattre le 0 à 100 km/h en 3.2 secondes malgré son poids relativement élevé de 1380 kilos. La Carrera GT est évidemment considérée par bien des aspects comme la mère spirituelle de la Porsche 918, la première hypercar hybride du constructeur.

Un exemplaire de celle-ci sera également vendu le 8 décembre à Los Angeles, il s'agit d'une 918 Spyder équipée du pack Weissach. Si le moteur de 887 chevaux et 1280 Nm de couple n'est pas modifié, le pack Weissach permet à la 918 d'afficher "seulement" 1639 kilos, grâce notamment au remplacement de certaines pièces, initialement en acier ou en aluminium, par du magnésium.  Contrairement à la Carrera GT, qui devrait être vendue pour environ un demi-million d'euros, cette 918 est évaluée à un million et demi.

C'est également le prix auquel devrait être vendue une McLaren P1, passée par le département MSO (McLaren Special Operations), et qui affiche à peine plus de 500 km au compteur. L'hypercar anglaise, rivale de la 918, n'a été fabriquée qu'à 375 exemplaires et embarque le premier moteur hybride de l'Histoire de McLaren, qui lui fait afficher 916 chevaux. Mais malgré les tarifs de ces récentes sportives, ce sont deux modèles anciens qui devraient rafler la mise sans problème lors de cette vente.

Les classiques ont toujours la (grosse) cote

Lamborghini Miura P400 SV (1971)
Lamborghini Miura P400 SV (1971)

La première est une Lamborghini Miura de 1971, le modèle P400 SV, et la seule Miura de l'Histoire à avoir été peinte en Bleu Medio. A l'origine du terme supercar, la Miura P400 SV embarque un V12 de 4.0 litres de 385 chevaux, ce qui lui permettait de flirter avec les 300 km/h. Quant à la voiture attendue comme la pièce maîtresse de cette enchère, il s'agit d'une Ferrari 290 MM by Scaglietti de 1956.

Utilisée par l'équipe d'usine Ferrari lors de ses deux premières années, elle a terminé sur le podium des Mille Miglia, aux côtés de trois autres modèles similaires. Seules deux de ses sœurs sont encore en état de rouler. Ce châssis 0628 reprend la livrée utilisée par Ferrari aux 12 Heures de Sebring en 1957 et embarque un V12 de 3.5 litres développant 320 chevaux. Ce modèle précis a été piloté notamment par Peter Collins, Dan Gurney ou encore Juan Manuel Fangio. Bien sûr, un tel pédigrée a un prix et elle est estimée à un prix compris entre 19 et 22 millions d'euros ! En 2015, Rm Sotheby's avait vendu l'une des deux autres à un prix frôlant les 22 millions.

Ferrari 290 MM (1956)
Ferrari 290 MM (1956)