La stratégie "Economics of Desire" (économie du désir) de Mercedes pour 2022 prévoyait une réorientation vers des véhicules haut de gamme plus rentables. Elle a alloué plus de 75 % des fonds de R&D aux produits en concurrence sur les segments de marché les plus rentables, notamment les voitures "haut de gamme" telles que la Classe S, le SL et la Classe G, ainsi que les marques AMG et Maybach. Toutefois, Automotive News rapporte que la marque à l'étoile à trois branches pourrait faire marche arrière aux États-Unis.

Mercedes aurait fait savoir aux concessionnaires, lors d'une réunion à Las Vegas ce mois-ci, que 2024 sera l'année où l'accent sera mis sur les voitures à bas prix pour stimuler les ventes. Selon un concessionnaire qui a assisté à la réunion, un cadre de la marque de luxe allemande a déclaré : "L'année dernière, il s'agissait de rentabilité; cette année, il s'agit de croissance des ventes". Le plan consiste à augmenter l'offre de voitures à essence et hybrides, en s'appuyant sur la Classe C et la Classe E, ainsi que sur les GLC et GLE équivalents.

Mercedes CLA Concept 2023

En 2024, Mercedes prévoit de dévoiler la remplaçante de la CLA. On voit ici le concept homonyme de 2023, qui, bien que totalement électrique, peut accueillir des moteurs à combustion grâce à son architecture modulaire Mercedes. La nouvelle famille de voitures compactes comprendra deux crossovers et un shooting brake, déjà présentés comme les GLA, GLB et CLA Shooting Brake de la prochaine génération.

Mercedes utilisera également la future plateforme MMA pour la "Petite G" déjà annoncée et qui devrait voir le jour en 2026. La nouvelle architecture a été développée comme "EV-first, mais pas EV-exclusive, et le compromis reposera sur le côté ICE, pas sur le côté EV", selon une déclaration faite à Motor1 par Christoph Starzynski, vice-président de Mercedes-Benz pour le développement de la propulsion électrique. Voilà pour le slogan "le meilleur ou rien"...

À la décharge de Mercedes, il était logique de se concentrer sur les voitures haut de gamme après la pandémie de coronavirus. En 2022, les goulets d'étranglement dans l'approvisionnement causés par le manque de semi-conducteurs étaient fréquents. L'entreprise décide d'allouer les pièces disponibles à des voitures plus grandes et plus chères, qui génèrent des bénéfices plus importants.

En 2024, alors que le marché des véhicules électriques semble se calmer et que les taux d'intérêt sont élevés, il est compréhensible de donner la priorité aux produits orientés vers le volume. Toutefois, cette décision est en contradiction avec l'intention de la marque de monter en gamme. C'est encore en partie le cas puisqu'il est prévu de simplifier la gamme des voitures compactes. Des modèles tels que la Classe A à hayon, la Classe A berline et le monospace Classe B sont susceptibles d'être abandonnés.

Aux États-Unis, Mercedes a informé les concessionnaires lors de la réunion que pas moins de 25 modèles nouveaux ou actualisés seraient commercialisés en 2024. Un représentant de concessionnaire interrogé par AN s'est réjoui du changement de plan vers des voitures moins chères, soulignant que celles-ci sont plus faciles à vendre :

"Je préfère avoir des véhicules d'entrée de gamme avec un taux de rotation de moins de 30 jours sur lesquels je peux faire un petit bénéfice plutôt que d'avoir des véhicules [électriques] de 100 000 dollars pendant six mois et de perdre de l'argent avec".

L'objectif pour 2024 est de livrer plus de 300 000 voitures aux États-Unis, où Mercedes a vendu 282 229 véhicules (hors van) en 2023, soit une baisse d'environ 4 500 unités par rapport à l'année précédente.