Toyota ne vend presque plus de diesels, Land Rover n'écoule presque que ça !

Le recul des ventes de diesel en Europe est désormais bien intégré dans le marché de l'automobile qui, s'il est en hausse en ce début d'année, a vu le gazole subir un fort désamour des Européens en 2017. Nettement inférieur à la moitié des ventes totales de véhicules sur le marché européen l'an dernier (44,8%), le diesel reste toutefois très important pour certains constructeurs.

Lire aussi:

La dépendance au diesel est notamment constatable chez Land Rover, pour qui ce carburant a représenté 94% des ventes l'année dernière. Le fait que la marque ne produise que des 4x4 n'est pas étranger à cette tendance, puisque c'est également le cas chez Jeep avec 80% de moteurs diesel pour toutes les voitures vendues en 2017.

Les premiers constructeurs généralistes dans ce domaine sont les marques premium, dont les ventes sont menées par des SUV et berlines, qui ont souvent besoin de blocs diesel pour atteindre une efficience satisfaisante. On retrouve donc sans surprise Volvo (78% de diesel), Mercedes et BMW (67%) puis Audi (59%), bien que la marque aux anneaux a toutefois vu ce chiffre reculer de 9% en 2017.

Les marques suivantes sont les constructeurs généralistes populaires, comme Peugeot et Renault, qui franchissent un cap symbolique puisque moins d'un véhicule sur deux sorti des usines de ces marques était un diesel l'an dernier (49%). Nissan suit la même tendance avec 47% de véhicules diesel, tout comme Volkswagen (46%), Ford (44%) et Citroën, constructeur français le moins dépendant du diesel (43%).

Skoda (41%), Kia (40%) et Dacia (39%) suivent, avec des chiffres à la baisse, tandis que celui de Fiat (36%) est resté stable. Avec 32% de véhicules vendus fonctionnant au diesel, Hyundai fait mieux que sa cousine Kia, tout comme Seat (30%) face à Volkswagen ou Skoda. Opel, boosté par les ventes de petites voitures, est également en baisse (28%), tout comme Honda et Mazda (26%). Le bastion diesel de Mazda semble toutefois important pour la marque, même si les 23% de ventes diesel de Mitsubishi confirment une tendance nette chez les constructeurs asiatiques.

Vous aimerez aussi:

Du côté des constructeurs les moins dépendants au diesel, ce sont d'ailleurs deux marques asiatiques qui se dégagent très nettement. Sans surprise, le leader sur le marché de l'hybride, Toyota, et le plus éloigné du diesel qui représentait l'an dernier seulement 7% de ses ventes européennes. Un chiffre qui a d'ailleurs poussé la marque à officialiser l'arrêt de la commercialisation de véhicules diesel fin 2018, à l'exception du gros 4x4 Land Cruiser. Suzuki, avec des ventes dominées par la Swift et l'Ignis, n'a écoulé que 8% de diesel sur toutes ses ventes européennes en 2017.