Ghosn fait l'objet d'un nouveau mandat d'arrêt.

[Mise à jour 21/12/ 2018 à 6h58] : Carlos Ghosn ne sera finalement pas relâché ! À peine 24h après avoir cru qu'il pourrait sortir après un rejet du tribunal de Tokyo d'étendre sa garde à vue, le parquet de Tokyo, qui avait fait appel, a de nouveau placé en garde à vue le PDG de Renault pour abus de confiance aggravé. Sa détention pourrait être prolongée de 10 jours.

 

Surprise : le tribunal de Tokyo a rejeté ce jeudi 20 décembre la demande du parquet d’étendre encore une fois la garde à vue de Carlos Ghosn ! Déjà emprisonné depuis le 19 novembre au Japon, le grand patron de l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi pourrait être libéré dans les prochaines heures, dans les prochains jours, déjouant tous les pronostics. Et passer Noël libre. Sous caution tout au moins. 

Selon NHK, chaîne publique japonaise, Carlos Ghosn pourrait être libéré dès ce vendredi 21 décembre 2018 contre le paiement d'une caution. Mais les choses ne seront peut-être pas aussi simples, le bureau des procureurs de Tokyo pourrait en effet contester la décision du tribunal.

Pour rappel, Carlos Ghosn a été interpellé et emprisonné à sa descente d'avion il y a un mois, suite a des accusations de fraude fiscale. Il est soupçonné, suite à une dénonciation interne du côté de Nissan, d'avoir omis de déclarer aux autorités boursières près de 5 milliards de yens de revenus, l'équivalent de 38 millions d'euros, sur une période de cinq ans, entre 2010 et 2015. Une mise en examen qui a été prolongée suite à des accusations similaires cette fois-ci sur la période de 2015 à 2018. À noter que le bras droit de Carlos Ghosn, Greg Kelly, a également été inculpé.

De son côté, Nissan est également poursuivi en tant qu'entité morale, le constructeur nippon étant celui qui a transmis les éléments à charge contre ses dirigeants.

La chronologie de l'affaire Carlos Ghosn :