Malgré le mouvement des "Gilets Jaunes", le gouvernement ne cèdera pas sur ce point.

Suite au mouvement des "Gilets Jaunes", le gouvernement est revenu sur plusieurs de ses positions, notamment concernant les taxes sur les carburants. Cependant, certaines mesures ne devraient pas changer, notamment celles concernant la hausse des tarifs des péages au 1er février 2019. Les sociétés d'autoroutes ont été reçues mardi au ministère des Transports afin de faire un point sur les pertes et les dégâts liés au mouvement des "Gilets Jaunes". L'autre sujet évoqué fût bien évidemment la hausse des tarifs, une hausse défendue bien évidemment par les sociétés d'autoroutes mais qui pourrait causer encore bien des problèmes à l'exécutif qui tente d'apaiser la grogne coûte que coûte.

Selon François de Rugy, le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, le gouvernement ne compte pas revenir sur l'augmentation des prix des péages en 2019. "Il y a tous les ans, par les contrats qui lient l'État aux sociétés d'autoroutes, des mécanismes de calcul et de réévaluation des tarifs, qui seront évidemment mis en œuvre comme tous les ans", a affirmé le ministre chez nos confrères de chez Europe 1. Cette hausse, de l'ordre de 1,9 % au 1er février 2019, est prévue dans les contrats des sociétés d'autoroutes. Cela permet de compenser les travaux demandés par l'État et le rattrapage du gel des tarifs qui a eu lieu en 2015.

Cette hausse est d'ores et déjà prévue depuis longtemps mais, dans ce contexte difficile, celles-ci refont surface. Du côté de l'association "40 Millions d'automobilistes", via son délégué général Pierre Chasseray, les sociétés d'autoroutes devraient prendre en compte la situation actuelle : "Ce n'est pas un hasard si les mouvements des "Gilets Jaunes" bloquaient les accès et levaient les barrières des autoroutes ! C'est parce que derrière ces sociétés d'autoroutes, il y a cette symbolique de la taxe et du prix à payer, qui est excessif." Dans tous les cas, même après un gel des péages autoroutiers, les automobilistes ressortent toujours perdants puisque ce même gel est compensé quelques années plus tard. Ce qui devrait également se passer pour la hausse des taxes concernant le prix des carburants.

Source : Europe 1