Il aurait caché des centaines de milliers d'euros au fisc japonais !

L'annonce risque de faire grand bruit dans les heures et les jours à venir : on apprend que Carlos Ghosn est soupçonné de fraude fiscale. C'est le quotidien japonais Asahi Shimbun qui a révélé l'info ce lundi 19 novembre 2018, précisant que le PDG de Renault était interrogé ce lundi matin par le parquet de Tokyo pour violation présumée de la réglementation japonaise.

En d'autres termes, Carlos Ghosn, grand patron de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, est soupçonné de ne pas avoir déclaré tous ses revenus. Et d'avoir utilisé l’argent de la société à des fins personnelles. Dans le détail, il s'agirait à la fois d'une minoration de sa rémunération suite à l’achat et à la vente d’actions. Cela pourrait se compter en centaines de millions de yens, soit des centaines de milliers d’euros (1 yen = 0,0078 euro).

De son côté, Nissan annonce bien vouloir coopérer avec les autorités pour faire la lumière sur les possibles agissements de son patron. Carlos Ghosn pourrait même être poussé dehors un peu plus tôt que prévu et sortir du Conseil d'administration du constructeur automobile, si les soupçons de fraude fiscale étaient avérés.

Nissan charge Carlos Ghosn

Voici le communiqué complet de Nissan, qui explique avoir enquêté ces derniers mois sur Carlos Ghosn mais également un autre représentant, Greg Kelly, suite à une dénonciation : 

"D'après un rapport de dénonciation, Nissan Motor Co. ltd. (Nissan) a mené une enquête interne au cours des derniers mois au sujet d'une inconduite impliquant l'administrateur représentant et président Carlos Ghosn et le directeur représentant Greg Kelly.

L'enquête a montré que depuis de nombreuses années, Ghosn et Kelly déclarent dans le rapport sur les valeurs mobilières de la Bourse de Tokyo des montants d'indemnisation inférieurs au montant réel, afin de réduire le montant déclaré de l'indemnisation de Carlos Ghosn.

De plus, en ce qui concerne Ghosn, de nombreux autres actes d'inconduite importants ont été découverts, comme l'utilisation personnelle des actifs de l'entreprise, et l'engagement profond de Kelly a également été confirmé.

Nissan a fourni des informations au ministère public japonais et a pleinement coopéré à son enquête. Nous continuerons à le faire.

Étant donné que les fautes constatées au cours de notre enquête interne constituent des violations flagrantes du devoir de diligence en tant qu'administrateurs, Hiroto Saikawa, Directeur Général de Nissan, proposera au Conseil d'Administration de Nissan de démettre rapidement Ghosn de ses fonctions de Président et Directeur Représentant. Saikawa proposera également la destitution de Greg Kelly de son poste de directeur représentatif.

Nissan s'excuse profondément d'avoir causé une grande inquiétude à ses actionnaires et à ses parties prenantes. Nous poursuivrons nos travaux afin de cerner nos problèmes de gouvernance et de conformité et de prendre les mesures qui s'imposent."

Pour autant, l'action de Nissan a plongé sur plusieurs places boursières. Même l'action Renault à la Bourse de Paris a dévissé de 12 % ce matin.

Source : Asahi Shimbun