En vue des nouvelles normes environnementales et des objectifs CO2 à respecter, c'est le branle-bas de combat du côté des constructeurs. Réduction des émissions de CO2 à court terme, avancées technologiques, électrification de la gamme, rationalisation des coûts... Les constructeurs sont sur tous les fronts, et même ceux qui peuvent paraître les plus solides sont menacés.

Du côté du groupe Volkswagen, en vue de rationaliser les coûts et de réorienter les investissements (en plus de payer les amendes dues au dieselgate), l'entreprise allemande s'apprête à faire quelques changements dans sa politique de groupe. Du côté de chez Mercedes, la gamme de produits tentaculaires et sans limite devrait se réduire avec la disparition de certains modèles moins rentables que d'autres. Et du côté de chez BMW ?

Ce sont à peu près les mêmes manœuvres qui vont s'opérer, même si le groupe compte moins de marques sous son giron et si la gamme est moins tentaculaire. Il n'en demeure pas moins que la transition vers l'électrique est coûteuse et obligera indéniablement le constructeur à faire quelques économies là où c'est nécessaire. Par exemple, sur des produits de niche où les volumes de vente sont faibles et où les rejets en CO2 sont élevés.

Nuova BMW Z4
Le BMW Z4 fait partie également des véhicules sur la sellette.

Oliver Zipse, le président de BMW, aurait ainsi déclaré, lors d'un congrès, que la marque passait actuellement en revue son catalogue de modèles dans l'optique d'en supprimer certains : "Coupés, cabriolets, et roadsters, nous verrons ce qui restera", aurait-il indiqué selon Reuters.

Ainsi, les nombreux coupés et cabriolets qui composent la gamme BMW sont actuellement menacés et pourraient, pour certains, ne pas avoir de descendance. La firme bavaroise pourrait revoir certaines gammes, comme par exemple celle de la Série 4, qui compte habituellement un modèle coupé, un cabriolet, un Gran Coupé et en plus de ça les versions sportives qui vont avec. Il en va de même par exemple pour la BMW Série 8.

Certains futurs modèles sont aussi incertains, nous pensons par exemple à la petite BMW Série 2 cabriolet, l'une des dernières du genre dans ce segment. En parlant de cabriolet, l'avenir du Z4 est aussi incertain, même si BMW compte encore bien travailler avec Toyota à l'avenir, ce ne sera sans doute pas sur des roadsters, mais plutôt sur des technologies plus rationnelles.

Les sportives et les autres véhicules de loisir qui composent la gamme du constructeur allemand pourraient suivre les traces des nouvelles sportives japonaises par exemple, qui ne seront tout simplement pas commercialisées en Europe. Ce sera le cas de la future Nissan 400Z, ou encore de la nouvelle Subaru BRZ, dont le prix neuf sera quasiment équivalent à celui de son malus écologique en France, s'il venait, contre toute attente, à être commercialisé.