Certains grands dépôts de carburants sont bloqués par les gilets jaunes.

Mise à jour (05/12/2018 - 13h41): Après plusieurs journées de blocage de dépôts pétroliers, découvrez sur la carte de France ci-dessous si votre région est touchée, et si les stations essence près de chez vous sont à sec. 

Avec le mouvement des gilets jaunes, ce ne sont pas seulement des routes, des ronds-points ou des camions de transport qui sont bloqués, ce sont aussi, dans certaines régions, les dépôts de carburants. Ce qui commence à poser un certains nombre de problèmes pour les usagers qui ont besoin de faire le plein de leur voiture. Et c'est le spectre de la pénurie qui réapparaît.

En effet, de nombreuses stations en France sont déjà en rupture partielle ou totale de carburant. Un problème qui, au-delà du fait bien entendu de ne plus être réapprovisionnées en temps et en heure, vient toujours du fait que certains automobilistes qui ont peut d'être pris de court, viennent faire leur plein d'essence avant même d'en manquer. D'où l'appel de plusieurs préfectures à ne pas "créer la pénurie".

 

Découvrez la carte des stations touchées sur ce lien ! 

À l'image de la préfecture du Finistère, le département étant touché par le blocage des dépôts de Lorient et de Brest, qui a précisé dans un communiqué certaines mesures pour éviter justement d'aggraver la situation : 

"Afin de garantir l’accès au carburant au plus grand nombre et la capacité des services de secours et d’urgence à intervenir, le préfet du Finistère a décidé de mettre en place, à compter du lundi 3 décembre, des mesures transitoires, le temps que les flux logistiques s’adaptent à la situation :

Le montant maximal de carburant vendu par jour et par véhicule est limité à 30 € pour les véhicules légers de moins de 3,5 tonnes et 200 € pour les poids lourds.

La vente par les stations-service de carburant destiné aux navires et autres engins sur remorque est interdite.

La distribution aux usagers de carburant dans des récipients portables est interdite, sauf pour motivation directement liée à une activité professionnelle."

Certains véhicules sont donc considérés comme prioritaires, que ce soit des taxis, des transports de malades et blessés, des véhicules d'urgence, de transports d'animaux... tout ça évidemment soumis à justificatifs. Et le préfet du Finistère d'en appeler au "civisme, en n’effectuant pas de remplissage de précaution".

Source : Essence & Co